En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.04.2021 à 19 H 55 • Mis à jour le 06.04.2021 à 19 H 55
Par
Diplomatie

Les Marocains exemptés de visa pour se rendre en Colombie

Les citoyens marocains n’auront plus besoin d’un visa pour se rendre en Colombie. Un « accord relatif à l’exemption mutuel de visa pour les détendeurs de passeports prdinaires » a été signé ce mardi par visio-conférence par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et son homologue colombienne, Claudia Blum.


« Le présent accord vise à exempter les ressortissants d’un pays titulaires d’un passeport ordinaire et les titulaires d’un passeport diplomatique de l’obligation de visa pour les séjours de courte durée (90 jours) dans l’autre pays », apprend-on du côté du MAE. Cela signifie que les citoyens colombiens ne devront plus devoir se munir d’un visa pour entrer sur le territoire marocain.


Deux autres accords ont été signés par les deux MAE lors de la cérémonie virtuelle de ce mardi. Le premier concerne « les services aériens » et vise à « organiser progressivement l’ouverture réciproque des marchés aériens du Royaume du Maroc et de la République de Colombie », explique le MAE, ajoutant que l’accord comporte « des dispositions relatives à l’octroi de droits de trafic, aux autorisations d’exploitation des entreprises de transport aérien, aux redevances et droits de douane, à la représentation commerciale des entreprises, aux tarifs et transferts de recettes ».

 

Bourita et Blum ont également signé un mémorandum d’entente pour « promouvoir la coopération en matière de lutte contre le trafic de drogues ainsi que la coordination entre les autorités compétentes des deux pays ». Enfin, un autre mémorandum d’entente a été ratifié par l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et son équivalente colombienne, l’Agence présidentielle de coopération internationale de Colombie (APC-Colombia) pour « la mise en œuvre de des initiatives de coopération académique, culturelle, scientifique et technique, et encourageant l’échange d’expériences, la gestion et l’échange d’expertise et du savoir-faire dans les domaines prioritaires identifiés par les deux parties ».

Par
Revenir au direct