En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.01.2017 à 13 H 53 • Mis à jour le 23.01.2017 à 21 H 10
Par
Vidéo

Les taxis de Casablanca organisent des guet-apens aux chauffeurs Uber et Careem

Selon le témoignage filmé d’un internaute, les taxis de Casablanca ont organisé dimanche soir sur le Bd de la Résistance un guet-apens visant les conducteurs d’Uber et de Careem. D’après ses commentaires, ceux-ci ont commandé une course à Careem dans le but d’intimider son chauffeur. Une femme au volant d’un véhicule Careem (information confirmée par l’opérateur au Desk) a été prise à partie à son arrivée sur les lieux par de nombreux taxis rouges conventionnels, l’un d’eux l’aurait même agressée physiquement. « Le roi est actuellement dans la ville, il va devoir intervenir personnellement pour stopper cette jungle » dit une voix off féminine intervenant aussi dans le commentaire de la scène, « il faut arrêter ces sauvages qui n’en font qu’à leur tête », réplique le vidéaste amateur qui a posté la séquence sur sa page Facebook . Depuis le lancement du service Uber dans la capitale économique du royaume à l’été 2015, les taxis sous agrément n’ont eu de cesse de dénoncer la concurrence jugée déloyale de la société d’intermédiation américaine et demander son départ. Le service d’Uber propose la mise à disposition de véhicules avec chauffeur, en partenariat avec des sociétés de transport qui disposent de leurs propres licences. Mais c’est sans compter sur la résistance souvent « musclée » de la corporation des taxis. Sollicitée à maintes reprises pour trancher la question, la municipalité n’a pas tranché sur la légalité de l’exploitation du service Uber ou de Careem, arguant d’un vide juridique. Le cas filmé ne serait pas isolé, plusieurs actions coup de poing de ce genre ont été signalées dans la ville ces dernières semaines.

– 

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct