En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.05.2019 à 13 H 42 • Mis à jour le 17.05.2019 à 16 H 49
Par et
Justice

Les textos échangés avec Khashoggi pointés par la défense de Bouachrine

Dans un courrier envoyé à Agnès Callamard, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, l’avocat britannique Rodney Dixon, conseil du journaliste Taoufik Bouachrine –  condamné en première instance à 12 ans de prison pour « traite d’êtres humains » , « abus de pouvoir à des fins sexuelles » , « viol et tentative de viol » -, l’enjoint à « demander aux autorités marocaines l’accès au téléphone » confisqué de son client.


L’enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi pourrait selon cet avocat, « avoir de grandes répercussions pour tous les journalistes qui dénoncent les abus et les violations des droits de l’homme ».


Dans un communiqué adressé à la presse, qui reprend les grandes lignes de sa lettre, il est précisé que « dans un échange de messages » entre octobre 2017 et janvier 2018, déjà abondamment cités par la presse lors du procès Bouachrine, le journaliste Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans l’enceinte du consulat saoudien à Istanbul, « avait appelé Taoufik Bouachrine à la plus grande prudence après ses articles sur Mohammed Ben Salmane » , le prince héritier d’Arabie saoudite.


« Tout en l’exhortant à ne pas se rendre en Arabie Saoudite il l’avertissait qu’il était en danger d’être assassiné » , alors que « lui-même se savait menacé mais se pensait en sécurité aux Etats-Unis » , est-il précisé dans le texte.


« Les messages contenus dans le téléphone contribueraient à l’enquête menée par Agnès Callamard » sur la disparition de Khashoggi, selon le communiqué. En 2017 et 2018, Taoufik Bouachrine, directeur du journal Akhbar Al-Yaoum, a « publié une série d’articles critiques à l’égard du prince héritier d’Arabie Saoudite », est-il rappelé dans le texte.

Revenir au direct