En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.08.2020 à 00 H 31 • Mis à jour le 19.08.2020 à 00 H 33
Par
Diplomatie

À l’international, inquiétudes et condamnations de la « tentative de coup d’État » au Mali

Quelques heures après l’arrestation du président malien et son Premier ministre par des militaires en révolte, les réactions n’ont pas tardé de la part de la communauté internationale qui se dit préoccupée par les évènements de ce 18 août.


Josep Borell, patron de la diplomatie de l’Union Européenne, a pour sa part condamné « la tentative de coup d’État », emboitant le pas à d’autres pays qui rejettent tout changement d’ordre constitutionnel au Mali. De son côté, le président de la République française dit exprimer « son plein soutien aux efforts de médiation en cours sous l’égide de la CEDEAO », indique l’Elysée ce 18 août. De plus, Emmanuel Macron ajoute « suivre attentivement la situation et condamner toute tentative de mutinerie en cours », précise-t-on.


Sur Twitter, le président de la Commission de l’Union Africaine, affirme condamner « énergiquement l’arrestation du Président Ibrahim Boubacar Keita, le Premier ministre et autres membres du gouvernement maliens ». Il appelle à « leur libération immédiate », indique Moussa Faki Mahamat. «  Toute tentative de changement anti constitutionnel  » est également condamnée par le dirigeant africain, appelant « la CEDEAO, les Nations Unies et toute la communauté internationale à conjuguer efficacement leurs efforts pour s’opposer à tout recours à la force pour la sortie de la crise politique au Mali ».



Pour ce qui est de la réaction américaine, c’est l’émissaire des Etats-unis pour le Sahel, Peter Pham, qui s’est exprimé pour affirmer suivre « avec inquiétude l’évolution de la situation aujourd’hui au Mali. Les USA s’opposent à tout changement extra-constitutionnel de gouvernement, que ce soit par ceux qui sont dans la rue ou par les forces de défense et de sécurité », indique-t-il.



Pour rappel, de son côté, le Maroc dit « suivre avec préoccupation les évènements en cours depuis quelques jours au Mali ».


D’après les informations communiquées par les chefs de la mutinerie, de haut-responsables de l’armée malienne, Ibrahim Boubacar Keïta et Boubou Cissé ont été conduits par le biais de véhicules blindés à Kati, campement militaire pris d’assaut tôt dans la journée. D’après des sources médiatiques locales, une annonce sera incessamment faite.

Par
Revenir au direct