En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.01.2020 à 01 H 23 • Mis à jour le 21.01.2020 à 01 H 23
Par
Daech

L’un des fondateurs de l’Etat islamique identifié comme son nouveau chef

L’un des fondateurs et principaux idéologues du groupe jihadiste Etat islamique (EI) a été identifié par plusieurs services de renseignements comme le successeur d’Abou Bakr al-Baghdadi à la tête de l’organisation, a indiqué lundi le quotidien britannique The Guardian.


Peu après la mort de Baghdadi dans une opération américaine fin octobre en Syrie, l’EI avait désigné Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi comme nouveau « calife des musulmans ». Mais ce dernier était inconnu des analystes, certains doutant même de son existence, et un haut responsable américain le qualifiant de « parfait inconnu ».


Selon The Guardian, qui cite des responsables de deux services de renseignement non précisés, l’organisation est désormais dirigée par Amir Mohamad Abdel Rahmane al-Maoula al-Salbi, l’un des fondateurs du groupe et « considéré comme l’un de ses idéologues ».


Originaire d’une famille de la minorité turkmène d’Irak, c’est l’un des rares non-Arabes dans la direction de l’EI. Diplômé de l’université de Mossoul, il aurait joué un rôle clé dans la persécution des Yazidis, communauté religieuse ancestrale prise pour cible en Irak par les jihadistes en 2014.


Amir Mohamad Abdel Rahmane al-Maoula al-Salbi figure depuis août 2019 sur la liste des « terroristes les plus recherchés » par les Etats-Unis, qui offrent jusqu’à 5 millions de dollars pour des informations permettant de le capturer. Il est présenté sur le site ad hoc du Département d’Etat américain comme « un successeur potentiel du chef de l’EI Abou Bakr al-Baghdadi ».

 

Le président américain Donald Trump a annoncé le 27 octobre la mort d’al-Baghdadi lors d’un raid au cours de la nuit précédente dans le nord-ouest de la Syrie, à quelques kilomètres de la frontière turque.


Depuis qu’il s’était autoproclamé, en 2014, « calife » d’un territoire qui a compté jusqu’à sept millions d’habitants, à cheval entre l’Irak et la Syrie, Baghdadi était devenu l’homme le plus recherché du monde.

Revenir au direct