logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.09.2022 à 12 H 41 • Mis à jour le 17.09.2022 à 12 H 43 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Financement

Lutte contre la migration: le Maroc veut davantage d’aide de l’UE (Khalid Zerouali)

Dans une interview accordée à l'agence de presse espagnole EFE, Khalid Zerouali, wali-directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, est revenu sur l'aide octroyée par l'Union Européenne au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière. Celle-ci est de 500 millions d'euros sur sept ans.


Pour Zerouali, cette aide « est en dessous de ce que veut le Maroc et ne couvre pas ses dépenses », qu'il estime à 427 millions d'euros par an, rapporte l’agence de presse.


« Dans le cadre d'une bonne coopération et d'un bon voisinage et d'une responsabilité partagée, nous considérons que ce qui a été alloué est en dessous de ce que nous voulons », précise-t-il à EFE.


Les 300 millions d'aide financière et 200 millions supplémentaires d'aide technique l'UE a accordé au Maroc, pour la période de 2021-2027, « sont bien en deçà de ce que nous dépensons », fait-il savoir.


« Pour autant, Zerouali affirme que son pays ne fait pas de l'aide financière une condition pour maintenir ses efforts sur la migration », relève EFE.


« L'Europe est un partenaire stratégique, nous ne monétisons pas la question migratoire. Nous sommes un État responsable, qu'il y ait une aide ou non, le Maroc continuera à faire ce qu'il a à faire », annonce le représentant du ministère de l’Intérieur.


Au sujet des évènements de Ceuta de mai 2021, Khalid Zerouali nie que le Maroc a utilisé la migration comme étant « une arme politique ». « Le Maroc est un État responsable, il a toujours montré sa disponibilité au niveau régional et international pour partager son expérience avec les pays alliés », poursuit-il, ajoutant que « le Maroc n’instrumentalise rien pour des raisons politiques ».


Il rappelle les chiffres des tentatives d’immigration stoppées par Rabat : 40 600 opérations avortées d’émigration vers l’Europe, soit une hausse de 11 % par rapport à 2021. Il cite également le chiffre de 124 réseaux de passeurs démantelés.


Pour l’incident de Melilla, survenu le 24 juin dernier, Zerouali appel à tirer les leçons de ce qui a pu se passer, pointant du doigt le niveau de violence. « Ce qui s’est passé à Melilla montre que les flux migratoires de l’Algérie vers le Maroc sont là. S’il n’y a pas de coopération sincère et de bonne foi entre les voisins, nous ne pouvons pas arrêter ces flux », a-t-il déclaré.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct