logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.06.2022 à 20 H 56 • Mis à jour le 01.06.2022 à 20 H 58
Par
Marché

Lydec se retirera de la Bourse de Casablanca

L'Autorité marocaine du marché des capitaux a annoncé, ce 1er mai, que la société Véolia Environnement SA, agissant de concert avec sa filiale détenue à100 %, la société Vigie 50 AS, a déposé auprès de l’AMMC un projet d’offre publique de retrait obligatoire visant les actions Lydec.


Ce dépôt intervient suite au franchissement indirect du seuil de 95 % du capital et des droits de vote de Lydec par Veolia Environnement dans le cadre de l’offre publique d’achat visée par l’AMMC en date du 8 avril dernier.


En conséquence de ce dépôt, l’AMMC a demandé à la Bourse de Casablanca de suspendre la cotation des actions Lydec, fait-on savoir.


Ce projet d’offre publique de retrait obligatoire porte sur les actions Lydec non détenues par Veolia Environnement SA et Vigie 50 AS, et ce en vue de la radiation de Lydec de la Bourse de Casablanca.


Selon les dispositions de l’article 31 de la loi précitée, l’AMMC dispose de 15 jours de bourse pour examiner la recevabilité de ce projet. Ce délai est suspendu par les demandes d’informations et de justifications par l’AMMC. Si le projet d’offre publique est déclaré recevable, ses principales dispositions seront publiées dans un avis de recevabilité, ajoute-t-on. La publication du présent avis marque le début de la période de l’offre.


Au début de l'année, la cotation du titre Lydec avait été suspendue à la Bourse de Casablanca, en marge de l'offre publique d'achat initiée en France par la société Veolia Environnement sur les titres de la société Suez, détentrice indirecte à l'époque d'une participation de 51 % du capital et des droits de vote de Lydec.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct