S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.06.2024 à 20 H 07 • Mis à jour le 10.06.2024 à 00 H 16 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Europe

Macron dissout l’assemblée nationale française et annonce des élections législatives anticipées

Le président français Emmanuel Macron a annoncé, dimanche soir, la dissolution de l'assemblée nationale et la tenue d’élections législatives anticipées, à l'issue de la proclamation des résultats des européennes remportées par le parti d'extrême droite, le Rassemblement national (32,3 %).


« Le principal enseignement est clair : ce n’est pas un bon résultat pour les partis qui défendent l’Europe, dont celui de la majorité présidentielle », a affirmé le chef de l’Etat français dont le parti Renaissance n'a obtenu que 15,4 % des voix lors de ce scrutin européen à enjeu très national.


Le Rassemblement national emmené par Jordan Bardella (28 ans) obtiendra ainsi 31 sièges au Parlement européen, suivi de Renaissance (14 sièges), puis des socialistes (13 sièges).


Les autres partis se partageront les 23 sièges restants sur les 81 dont dispose la France au Parlement européen.


Le président Macron a concédé que « les partis d’extrême droite progressent partout sur le continent », notant qu’« en France leurs représentants atteignent près de 40 % de suffrages exprimés ».


« Je ne saurai donc faire, à l’issue de cette journée, comme si de rien n’était », a noté Macron annonçant, qu’après avoir procédé aux consultations prévues à l’article 12 de la Constitution française, la décision de « redonner aux Français le choix » de leur avenir.


« J’ai décidé de vous redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote. Je dissous donc ce soir l’Assemblée nationale », a annoncé le président sur un ton grave.


« Je signerai dans quelques instants le décret de convocation des élections législatives qui se tiendront le 30 juin pour le 1er tour et le 7 juillet pour le second tour », a précisé Macron, relevant qu’il s’agit d’une décision « grave » et « lourde », mais avant tout d’ « un acte de confiance en la capacité du peuple français à faire le choix le plus juste pour lui-même et pour les générations futures ».


La participation des électeurs français à ce scrutin européen, qui a fortement impacté les équilibres politiques en place, a été de 52,5 %, selon les estimations relayées par les médias.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct