En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.06.2021 à 21 H 59 • Mis à jour le 12.06.2021 à 16 H 23
Par
Maroc-Espagne

Madrid use d’une « diplomatie discrète » pour dépasser la crise avec Rabat

Le ministère des Affaires étrangères espagnol est raisonnablement satisfait des progrès qu’il réalise grâce à une « diplomatie discrète » pour réorienter la relation avec le Maroc vers la normalité, a rapporté l’agence EFE.


Arancha González Laya a maintenu des contacts avec son homologue marocain, Nasser Bourita, ces dernières semaines, au cours desquels il y aurait eu des contacts discrets réguliers à d’autres niveaux, assurent les sources de l’agence.


La diplomatie espagnole tenterait ainsi de réorienter les relations après la crise provoquée par la présence du leader du Front Polisario dans un hôpital de Logroño et l’avalanche d’immigrants irréguliers sur Ceuta (Sebta) les 17 et 18 mai. Depuis lors, le Maroc a appelé son ambassadrice à Madrid, Karima Benaych, pour « consultations » et a souligné que la crise n’avait pas été causée par la présence de Ghali en Espagne mais par le « manque de définition » de la position espagnole sur le Sahara occidental.


En réponse, l’Espagne a maintenu à son poste l’ambassadeur à Rabat, Ricardo Díaz Hochleitner, et a souligné que la position espagnole sur le Sahara « est constante, n’a pas changé et ne changera pas », comme l’a assuré mercredi dernier González Laya devant le Congrès des députés. L’Espagne a également rappelé que la relation avec le Maroc repose sur de nombreux domaines de coopération, ce qui est bénéfique pour les deux, et que précisément l’Espagne demeure le grand soutien du Maroc au sein de l’Union européenne (UE).


Interrogées sur le communiqué marocain rendu public ce vendredi dans lequel il critique la prétendue « instrumentalisation » du Parlement européen, après l’adoption d’une résolution condamnant l’utilisation de milliers de migrants, dont des enfants, pour faire pression politique sur l’Espagne, les sources diplomatiques citées par EFE ont indiqué qu’elles se sont limitées à rappeler l’  indépendance des critères et la liberté du Parlement européen d’exprimer ses positions. Ce qui pour le Maroc est une « tentative futile (…) d’européaniser » le conflit, alors que pour Madrid cela découle d’une simple réalité politique et géopolitique du conflit à savoir que l’Espagne est la frontière extérieure de l’UE.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct