En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.09.2019 à 07 H 03 • Mis à jour le 21.09.2019 à 10 H 07
Par
Maghreb

Manifestations en Algérie malgré l’annonce d’une élection

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés vendredi dans le centre d’Alger, poursuivant leur mouvement de contestation du pouvoir en place malgré l’annonce d’une élection présidentielle en décembre et les mises en garde du chef d’état-major de l’armée.


Ce nouveau rassemblement intervient après l’arrestation au cours de la semaine écoulée de plusieurs chefs de file de la contestation, née en février dernier contre le président Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission en avril.


Le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, a en outre durci le ton mercredi en interdisant aux habitants des autres régions de se joindre à cette manifestation à Alger.


La foule, survolée par des hélicoptères, a repris des slogans réclamant “un Etat civil, pas un Etat militaire”  en Algérie.


Ahmed Gaïd Salah plaide depuis des mois en faveur de la tenue d’une élection, qu’il présente comme la seule voie constitutionnelle permettant de combler le vide politique provoqué par le départ d’Abdelaziz Bouteflika et le report d’un scrutin prévu en juillet.


Les contestataires, qui forment un mouvement hétéroclite, jugent qu’aucune élection véritablement libre et équitable ne peut être organisée en raison de la présence persistante au sommet de l’Etat de personnalités liées à un régime dont ils souhaitent se débarrasser.

Revenir au direct