En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.11.2020 à 22 H 25 • Mis à jour le 02.11.2020 à 22 H 25
Par
Economie

Maroc: Le FMI propose d’entamer la réduction du ratio dette publique/PIB à partir de 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) propose d’entamer la réduction du ratio dette publique/Produit intérieur brut (PIB) à partir de l’année 2022, a fait savoir, lundi soir, le chef de la mission du Fonds, chargé du Maroc, Roberto Cardarelli.


« Tout en reconnaissant l’incertitude exceptionnelle qui entoure le calendrier et le rythme de la reprise, les services du FMI recommandent dans leurs projections de référence de commencer à réduire le ratio dette publique par rapport au PIB à compter de 2022 », a dit Cardarelli lors d’une conférence de presse virtuelle consacrée à la présentation des conclusions de ses consultations avec les autorités marocaines, au titre de l’article IV du FMI.


Le représentant du Fonds a, en outre, relevé qu’une reprise économique plus lente que prévu exigerait de repousser l’ajustement budgétaire, notant dans ce sens, que des mesures visant à élargir l’assiette de l’impôt et à accroître la progressivité du système fiscal, de nouvelles réformes de l’administration publique qui rationaliseraient les dépenses et le programme de privatisation des autorités contribueraient à reconstituer les marges de manœuvre budgétaire, tout en finançant l’expansion des programmes de protection sociale.


Parallèlement, Cardarelli a souligné que la Loi de finances au titre de l’année budgétaire 2021 entend continuer à soutenir la reprise au cours des prochaines années, principalement par la relance de l’investissement et la réforme du système de protection sociale récemment annoncée par les autorités.


« Les services du FMI saluent l’intention des autorités de soutenir la reprise en 2021 », a-t-il indiqué, ajoutant que la mission convient aussi avec les autorités que le processus de rééquilibrage budgétaire doit être progressif et ne devrait être entrepris que lorsque la reprise économique sera solide.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct