En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.06.2018 à 20 H 01 • Mis à jour le 02.06.2018 à 01 H 58
Par
Football

Mondial 2026: le Maroc valide son ticket pour le vote du 13 juin

La Task Force de la FIFA a validé la candidature du Maroc pour le Mondial 2026. L’offre conjointe des États-Unis, du Canada et du Mexique a été évaluée à quatre sur cinq, tandis que le Maroc a obtenu un score de 2,7 après les inspections de la FIFA. Le Groupe d'évaluation qui a inspecté les deux offres et visité les pays concernés a permis au dossier du royaume d'être soumis au vote des fédérations le 13 juin à Moscou

La candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026 qui a été soumise à des tests d’évaluation cruciaux de la part de la FIFA, a passé le cap de la Task Force, a annoncé en avant-première le site internet de la chaine de télévision britannique SkySports. Une information relayée par de nombreux médias et par Moncef Belkhayat sur Twitter.


Retrouvez ici le rapport de la Task Force rendu public ce jour.



« Cela signifie qu’il y aura maintenant un vote au Congrès de la FIFA entre le Maroc et une offre conjointe des Etats-Unis, du Mexique et du Canada pour le droit d’accueillir le tournoi », rappelle le média britannique.


Le vote aura lieu à Moscou le 13 juin, juste un jour avant le match d’ouverture de la Coupe du Monde de Russie 2018, lorsque les hôtes joueront contre l’Arabie Saoudite.


Le Groupe d’évaluation de la FIFA a inspecté les deux offres et visité les pays concernés. En théorie, la task force avait la possibilité d’écarter l’une ou l’autre des candidatures du processus de vote.


Si les deux candidatures ont ainsi prouvé qu’elles peuvent accueillir le tournoi avec succès en 2026, le président de la FIFA, Gianni Infantino, aurait une préférence la candidature nord-américaine combinée, en grande partie grâce au aux retombées financières qu’une Coupe du Monde que le continent américain pourrait générer.


Le Maroc qui a contredit cette assertion dans son dossier compte maintenant sur le vote pour décrocher l’organisation de la plus grande fête footballistique du monde.


La candidature nord-américaine a surpassé celle du Maroc après les inspections, la FIFA qualifiant vendredi la proposition marocaine de « risque élevé » dans trois domaines.


L’offre conjointe des États-Unis, du Canada et du Mexique a été évaluée à quatre sur cinq, tandis que le Maroc a obtenu un score de 2,7 après les inspections de la FIFA.


Les risques élevés du Maroc concernent les stades, l’hébergement et le transport. Aucune partie de l’offre de l’Amérique du Nord ne présentait un risque élevé.


Le panel de la FIFA aurait pu disqualifier le Maroc si royaume avait été noté moins de deux points dans l’ensemble et moins de deux sur les critères clés, y compris les stades.


Le Conseil de la FIFA devra officialiser les deux candidats lors d’une réunion du 10 juin à Moscou. Le vote final des 207 fédérations membres le 13 juin peut ignorer le différentiel des scores au moment de prendre leur décision.


La FIFA a envoyé un deuxième groupe d’officiels au Maroc après avoir constaté des lacunes dans son offre, y compris les stades proposés.


L’agence AP a également révélé que le Maroc n’a pas déclaré sa loi anti-LGBT à l’instance dirigeante du football dans l’évaluation des risques pour les droits de l’homme incluse dans le cahier des charges.


Alors que le Maroc a déclaré qu’il devait dépenser près de 16 milliards de dollars en infrastructures pour la Coupe du Monde de 48 équipes, y compris la construction ou la rénovation des 14 stades, l’offre de l’Amérique du Nord n’exige aucun travail de construction spécifique au tournoi.


La nouvelle équipe technique déployée du siège de la FIFA au Maroc n’a pas effectué de visite de suivi similaire en Amérique du Nord après que le groupe de travail ait inspecté les installations de la candidature rivale ce mois-ci.


Mais la campagne nord-américaine a été entachée par des questions sur l’impact des politiques de l’administration Trump, y compris les tentatives de mise en œuvre d’une interdiction de voyager par les résidents de six pays à majorité musulmane. Les États-Unis ont offert de nouvelles garanties à la FIFA, il n’y aura pas de discrimination autour de l’entrée aux États-Unis lors d’une Coupe du monde en 2026 a assuré Washington.

Revenir au direct