logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.07.2022 à 11 H 39 • Mis à jour le 04.07.2022 à 11 H 41
Par
Musique

Natacha Atlas enchante le public de Jazzablanca avec ses sonorités orientales

Jazzablanca

La chanteuse belge d'origine égypto-anglaise, Natacha Atlas, a gratifié, samedi soir, le public casablancais d'une sublime prestation musicale mêlant jazz et mélodies orientales, à l'occasion de la deuxième soirée de la 15ème édition de Jazzablanca Festival.


Avec son style musical unique qui puise dans différentes cultures et franchit les frontières, Natacha Atlas a interprété un florilège de ses titres à succès, ainsi que des morceaux de son dernier album Strange Days.


Chantant en arabe et en français, elle a proposé au public une immersion dans son univers musical ouvert sur les musiques du monde et fusionnant avec harmonie rythmes orientaux et occidentaux.


Après plusieurs albums avec le collectif londonien Transglobal Underground, Natacha Atlas a lancé sa carrière solo en 1994 avec Diaspora, avant de sortir son tube Mon amie la rose. Elle a également signé avec Ibrahim Maalouf l'album Myriad Road, une rencontre de deux artistes dont l'identité musicale, le métissage des genres et la fusion de l'Orient et de l'Occident est commune.


Avant Natacha Atlas, le public de Jazzablanca a eu rendez-vous avec le groupe marocain d’Ethnic Jazz Urban Folklore pour un concert mettant en avant la rencontre des musiques folkloriques du monde et des musiques urbaines.


Formé en 2019, le groupe proposait à ses débuts des réarrangements de standards de Jazz mêlés aux rythmes africains, latins, maghrébins ou arabes. Urban Folklore prépare actuellement son premier EP constitué en grande partie de compositions originales.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct