En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.07.2019 à 08 H 55 • Mis à jour le 06.07.2019 à 18 H 00
Par
Migrants

Neuf migrants marocains blessés dans le raid aérien sur Tripoli (nouveau bilan)

Neuf Marocains ont été légèrement blessés dans la frappe aérienne de mardi soir contre un centre d’accueil pour migrants à Tajoura (11 km à l’est de Tripoli), selon un nouveau bilan communiqué vendredi soir par le consul général du royaume à Tunis, Ali Benaissa.


« Le centre accueillait, selon les informations disponibles jusqu’à présent, 200 migrants, parmi lesquels figurent 18 Marocains », a-t-il précisé dans une déclaration à la MAP.


Il a fait état par ailleurs d’informations contradictoires concernant le sort des autres Marocains, considérés comme des « portés disparus », précisant que les contacts sont en cours avec les autorités libyennes compétentes pour vérifier s’il y’a des Marocains parmi les victimes de ce raid aérien.


« Tout en restant optimistes quant à la possibilité de retrouver d’autres survivants, nous nous attendons à de mauvaises nouvelles et nous craignons qu’il ait de décès parmi les ressortissants marocains », a-t-il dit.


Benaissa a relevé que le consulat général du royaume à Tunis s’emploie actuellement à collecter toutes les données pouvant aider à identifier officiellement les victimes et à fournir des informations fiables et crédibles, déplorant toutefois le fait que les victimes ne disposent pas de documents officiels permettant leur identification.


Le responsable a ajouté qu’outre les contacts intensifs avec les autorités libyennes compétentes pour obtenir davantage d’informations et élucider le sort des autres ressortissants marocains, deux cellules de crise ont été mises en place au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale et au consulat général du Royaume à Tunis.


Un précédent bilan faisait état de six blessés, dont deux grièvement.

Revenir au direct