En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
07.12.2020 à 10 H 05 • Mis à jour le 07.12.2020 à 10 H 24
Par
Droits humains

Omar Radi et Soulaiman Raissouni entament une grève de la faim de 24 heures

Dans un appel lancé ce 6 décembre, les deux journalistes actuellement détenus, Omar Radi et Soulaiman Raissouni, annoncent une grève de la faim de 24 heures à l’occasion de la journée internationale des droits humains ayant eu lieu le 10 décembre.


Dans leur appel, les journalistes affirment être « arbitrairement détenus dans la prison de Oukacha de Ain Sebaâ, depuis maintenant plusieurs mois ». Leur grève de la faim commencera ce mercredi soir et devrait se terminer jeudi soir. Elle vise « à protester contre leur maintien en détention provisoire mais aussi à exprimer leur solidarité avec tous les détenus politiques d’opinion, mais aussi tous les les mouvements sociaux ».


De plus, les deux journalistes appellent l’opinion publique à s’engager dans cette forme de protestation, en participant à une grève de la famille du 9 au 10 décembre. « Dans ce contexte, les deux détenus appellent diverses organisations politiques, de défense des droits humains et syndicaux  à mettre leur siège dans les différentes villes du pays à la disposition de ceux qui souhaitent entamer une grève de la faim, en tenant compte des mesures de précaution et des exigences de l’état d’urgence sanitaire », précise l’appel. Au niveau international, les journalistes expriment leur solidarité avec tous les reporters et défenseurs des droits humains détenus en Égypte, en Algérie et dans les pays du Maghreb. Enfin, en guise de conclusion, les deux journalistes insistent sur leur innocence « face à des accusations fabriquées ». 

Par
Revenir au direct