En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.03.2017 à 14 H 43 • Mis à jour le 01.03.2017 à 14 H 43
Par

ONU: toutes les parties ont commis des crimes de guerre à Alep

Toutes les parties au conflit en Syrie ont commis des crimes de guerre lors de la bataille d’Alep l’an dernier, selon un rapport de la Commission d’enquête de l’ONU dévoilé mercredi à Genève. Le rapport d’enquête couvrant la période allant du 21 juillet, date du début du siège d’Alep par les forces du régime, au 22 décembre 2016, révèle que les belligérants ont perpétré “de graves violations des lois humanitaires internationales constitutives de crimes de guerre” . “Entre juillet et décembre 2016, les forces russes et syriennes ont conduit des frappes aériennes quotidiennes, faisant des centaines de morts et réduisant les hôpitaux, les écoles et les marchés en cendre” , précisent les enquêteurs. La commission dénonce également l’usage par les forces syriennes d’armes interdites comme le chlore ou les bombes à fragmentation. Elle accuse, pour la première fois, le régime de Damas d’être responsable de l’attaque d’un convoi humanitaire transportant de l’aide de l’ONU et du Croissant rouge syrien le 19 septembre près d’Alep. Selon le document, “tous les rapports, images satellites, témoignages et expertises médico-légales sur le terrain impliquent les forces syriennes” . En décembre dernier, une autre enquête de l’ONU avait conclu que le convoi avait bien été visé par une frappe aérienne, mais sans désigner les responsables. D’autre part, le rapport accuse des groupes rebelles d’avoir empêché des civils de fuir Alep-est, parfois en les exécutant, et de les avoir utilisés comme boucliers humains. Il qualifie enfin de “crime de guerre”  l’accord final d’évacuation d’Alep-est, conclu sous l’égide de la Russie, soutien du régime, et la Turquie, alliée de l’insurrection. La Commission d’enquête indépendante de l’ONU a été créée en août 2011, quelques mois après le début du conflit syrien. Présidée par le Brésilien Paulo Pinheiro, elle a déjà rendu plusieurs rapports.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct