En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.03.2021 à 08 H 50 • Mis à jour le 14.03.2021 à 08 H 50
Par
Arabie saoudite

Osama Al-Hasani extradé immédiatement après la décision de la justice marocaine

Osama Al Hassani, le citoyen australien mais également de nationalité saoudienne, a été extradé vers son pays quelques jours à peine après la décision de la justice marocaine, fait savoir ce dimanche The Guardian. 


D’après la même source, ses avocats n’ont même pas pu faire appel de la décision. Sa défense parle d’un risque crédible de torture pour Al-Hasani, une fois arrivé en Arabie saoudite. « Des avocats internationaux agissant pour Osama Al Hasani ont précédemment demandé aux rapporteurs spéciaux des Nations Unies de soulever le cas du citoyen australo-saoudien auprès des autorités marocaines, invoquant des préoccupations crédibles selon lesquelles il était visé par le gouvernement saoudien en raison de ses opinions », peut-on lire.


La semaine dernière, le gouvernement australien a confirmé qu’il avait été en contact avec les autorités marocaines après la décision. Un porte-parole a déclaré qu’un responsable de l’ambassade d’Australie avait pu visiter Al Hasani, rapporte The Guardian.


« Il est décevant et inquiétant que le gouvernement marocain ait procédé à l’extradition malgré son obligation claire en vertu du droit international, et en vertu de son acceptation de la convention contre la torture, de ne pas extrader une personne vers un État où il existe des motifs sérieux de croire que la personne risque d’être torturée », précise son avocat Haydee Dijkstal auprès du quotidien britannique.


Pour rappel, le 8 février, Al Hasani avait été arrêté à son arrivée au Maroc, à la suite d’un avis émis auprès d’Interpol par l’Arabie saoudite. Le 13 mars, une dépêche de l’agence de presse marocaine MAP annonçait que « les autorités judiciaires marocaines compétentes ont émis une décision portant extradition du ressortissant saoudien aux autorités saoudiennes sur la base d’une demande d’extradition formulée par celles-ci dans le cadre d’un mandat de recherche émis à son encontre par l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) pour une affaire de vol », précisait-on, citant une source judiciaire informée.


« L’opération d’extradition s’est déroulée dans le cadre des dispositions de la Convention arabe pour la coopération judiciaire signée le 06 avril 1983 », indiquait la même source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct