logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.07.2022 à 12 H 17 • Mis à jour le 14.07.2022 à 12 H 17
Par
Migration

Oujda, ville tremplin pour les migrants soudanais

La communauté soudanaise à Oujda a connu une croissance exponentielle ces deux dernières années, apprend-on de l’agence de presse espagnole EFE.  Selon l’association Aides aux migrants en situation vulnérable (AMSV), entre 3 500 et 4 000 migrants du Soudan sont arrivés depuis août 2021. Ils sont maintenant une soixantaine dans la rue, contre 400 il y a quelques mois.


Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) avait commencé à accueillir des demandeurs d'asile soudanais en juin 2021 et en a enregistré 1 300 depuis lors (150 avec le statut de réfugié accordé), rapporte EFE.


« Tout le monde partage un rêve et un cauchemar. Le rêve : l'Espagne. Le cauchemar : la Libye ».  Ahmed et Ibrahim deux migrants soudanais âgés de 15 et 16 ans, expliquent pourquoi ils ont préféré venir au Maroc, plutôt que d’essayer d’atteindre l’Europe par la mer, à partir de la Libye.


Ibrahim raconte avoir été vendu à une prison libyenne. Il a dû payer 1 000 euros pour partir de cette prison décrite par Ahmed comme « inhumaine avec 700 personnes dans la même cellule ». Pour ces jeunes, il était plus simple de gagner sa vie en Libye, mais la sécurité n’a pas de prix.


Oujda est ainsi devenue une ville tremplin pour plusieurs migrants soudanais, malgré les conditions de vie « désagréables ». «  Les nouveaux arrivants dorment dans la rue et avec un peu de chance dans les couloirs d'une maison qui leur a été laissée par un Marocain » fait-on savoir. « Jusqu'à il y a un mois, les Soudanais vivaient sous un immense pont à Oujda, sur un canal sec rempli de déchets », précise EFE.


Parmi ces jeunes soudanais, installés au Maroc en attendant de gagner l’Europe, Abderrahman, âgé de 18 ans, a participé à la tentative de traversée de Melilla. « Même les animaux n'agissent pas avec cette violence », raconte-il en faisant référence aux autorités marocaines. « Les Espagnols, bien qu'ils soient chrétiens et ne connaissent pas l'Islam, n’agissent pas de la sorte ». Il affirme, comme beaucoup d'autres, qu'il a réussi à rentrer à Melilla mais qu'il a été renvoyé au Maroc par des agents espagnols.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct