En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.01.2021 à 18 H 57 • Mis à jour le 15.01.2021 à 19 H 44
Par
Rapport

Oxfam alerte sur les défaillances du système fiscal marocain

Dans son nouveau rapport : «  Fair Tax Monitor : Analyse du système fiscal marocain », Oxfam Maroc décrypte en profondeur la fiscalité marocaine et formule des propositions clés dans le contexte de la crise sanitaire ayant fait reculer les recettes fiscales et augmenter les dépenses sociales. L’organisation qui lutte contre la pauvreté dans le monde prône « un système fiscal efficace, équitable et performant qui permettra au Maroc de mettre en place une politique de développement qui lutte efficacement contre les inégalités ».


Ainsi, son rapport révèle que les recettes fiscales représentent près de 85 % des recettes du budget de l’État en moyenne entre 2000 et 2018. C’est d’ailleurs le cas de l’impôt sur le revenu qui fait une pression injustement plus forte sur les salariés. Oxfam ajoute toutefois, que le Maroc a connu une croissance soutenue de ses recettes fiscales au cours des deux dernières décennies.


De même, Oxfam partage le constat de la banque du Maroc dans son rapport de décembre 2020 sur « la capacité de mobilisation de recettes fiscales ». Selon l’organisation internationale « l’analyse de l’élasticité du système fiscal marocain pendant la même période montre que ce dernier est incapable de suivre sur le même rythme l’évolution de la richesse créée ».


Pour garantir une relance économique post-crise de la Covid-19, Oxfam Maroc appelle à mettre en priorité le système fiscal du pays au service de la réduction des inégalités et du financement de politiques publiques plus justes, ambitieuses et redistributives. « La relance économique doit s’installer sur la base d’une assiette plus large et d’une fiscalité progressive », insiste le rapport.


D’après la responsable de programme Gouvernance à Oxfam au Maroc Asmae Bouslamti, « la relance économique et sociale du Royaume ne doit pas être au prix de la réduction des recettes publiques car cela impacte l’ensemble du pays. Il y a des choix politiques à faire, notamment dans ce contexte de crise COVID-19, c’est le moment de prioriser la génération de valeur réelle, la coopération et l’avenir de l’ensemble de la population ».


Les récentes estimations d’Oxfam confirment la nécessité d’un impôt de solidarité sur la fortune adopté à 5 %, qui aurait pu faire doubler les dépenses du Maroc pour sa riposte au Coronavirus. De fait, face à l’austérité, et à la montée de la tension sociale et des inégalités, Oxfam Maroc propose : d’établir une taxation des hauts revenus et des grosses fortunes, d’améliorer la participation des citoyens et de la société civile dans l’élaboration des budgets voire d’instaurer une taxe verte.





©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct