En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.01.2021 à 10 H 41 • Mis à jour le 25.01.2021 à 10 H 41
Par
Covid-19

Oxfam appelle à taxer les ultra-riches épargnés par la pandémie pour lutter contre les inégalités

L’ONG Oxfam a publié, ce 25 janvier, son rapport annuel sur les inégalités, dans lequel elle affirme que les plus riches ont été épargnés par la pandémie, renouvelant son appel à taxer la richesse afin de combattre « le virus des inégalités ». En même temps, selon les statistiques d’Oxfam, il faudra plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques de la pandémie, selon le nouveau rapport d’Oxfam, publié le jour de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos (WEF) tenu en ligne cette année, jusqu’à vendredi plutôt qu’en Suisse.


Cette nouvelle enquête explicite l’impact du Covid-19 sur les inégalités économiques de la même manière partout sur la planète. Aussi, 295 économistes de 79 pays révèlent que 87 % des personnes interrogées s’attendent à ce que les inégalités de revenus dans leur pays s’intensifient ou s’intensifient fortement du fait de la pandémie. Mondialement, les milliardaires ont même vu leur fortune augmenter de 3 900 milliards de dollars entre le 18 mars et le 31 décembre 2020, selon l’ONG qui s’appuie en particulier sur les données de Forbes et de Crédit Suisse.


Les 10 hommes les plus riches –  une liste menée par Musk et Bezos qui comprend également Arnault, Gates et Zuckerberg –  ont vu leur valeur nette augmenter de 540 milliards de dollars américains (2,18 billions de RM) entre mars et décembre 2020, a déclaré Oxfam.


Pour contrer cette inexorable aggravation des inégalités, Oxfam se prononce en faveur d’une hausse de la fiscalité des plus riches, comme avancé dans son précédent rapport du 15 janvier dernier. « La crise du corona doit marquer un tournant dans la fiscalité des personnes et des entreprises les plus riches. Elle nous offre l’occasion d’établir enfin une fiscalité juste, de mettre fin au nivellement par le bas et d’initier un nivellement par le haut. Cela peut prendre la forme d’une augmentation de l’impôt sur la fortune, de taxes sur les transactions financières et de mesures d’éradication de l’évasion fiscale », note le rapport.


Par ailleurs, ce sont les groupes sociaux les plus précaires, qui sont le plus touchés. « Les femmes et les groupes raciaux et ethniques marginalisés font les frais de cette crise. Ils et elles sont plus susceptibles de se retrouver en situation de pauvreté, de ne pas pouvoir manger à leur faim et d’être exclu-e-s de l’accès aux services de santé », a déclaré Gabriela Bucher, directrice générale d’Oxfam International.

Par
Revenir au direct