En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.11.2021 à 14 H 07 • Mis à jour le 03.11.2021 à 14 H 07
Par
Surveillance

Pegasus: NSO Group sanctionné par Washington pour « activités malveillantes »

Le Bureau of Industry and Security (BIS) du Département du Commerce des États-Unis vient d’ajouter NSO Group et trois autres entreprises étrangers dans la liste des sociétés à « activités malveillantes », apprend-on ce 3 novembre.


Pour Israël, deux compagnies ont été ajoutées : NSO Group et Candiru, également spécialisée dans la cybersurveillance. La décision s’est faite, souligne-t-on, « sur la base de preuves que ces entités ont développé et fourni des logiciels espions à des gouvernements étrangers qui ont utilisé ces outils pour cibler avec malveillance des représentants du gouvernement, des journalistes, des hommes d’affaires, des militants, des universitaires et des employés d’ambassade. Ces outils ont également permis aux gouvernements étrangers de mener une répression transnationale, qui est la pratique de gouvernements autoritaires ciblant les dissidents, les journalistes et les militants en dehors de leurs frontières souveraines pour faire taire la dissidence ».


D’autres entreprises, Positive Technologies (Russie) et Computer Security Initiative Consultancy PTE. Ltd (Singapour) sont aussi concernées.


Pour NSO Group, commercialisant le logiciel-espion Pegasus, la décision de Washington fait écho aux diverses accusations portées à l’encontre de la société installée à Tel Aviv, lui reprochant d’avoir vendu à des pays ce système. Le Maroc est mentionné comme étant un des clients de NSO Group, une accusation réfutée par Rabat qui a décidé de porter l’affaire devant la justice au niveau de différentes juridictions, à la suite de l’enquête menée par un consortium de journalistes, pilotée par Amnesty International et Forbidden Stories.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct