logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.08.2022 à 19 H 38 • Mis à jour le 27.08.2022 à 19 H 40 • Temps de lecture : 1 minutes
Par et
Crise diplomatique

Polisario au Ticad 8: le Liberia demande la suspension de la Conférence

Le Liberia a regretté, samedi, l’absence du Maroc de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8) et appelé à « la suspension de cette session jusqu’à résolution des problèmes relatifs aux procédures » après l’invitation unilatérale de l’entité séparatiste du Polisario à cet événement.


« Le Liberia fait part de son regret quant à l’absence du Maroc de la TICAD-8. On est surpris de la présence imposée d’une délégation (NDRL polisario) en violation des procédures de la TICAD », a dit le ministre libérien des Affaires étrangères, Dee-Maxwell Saah Kemayah à l’ouverture de cette conférence.


Dans ce sens, il a appelé au respect des procédures et des règles d’invitation établies dans le cadre de ce Sommet.


Et de souligner l’importance de respecter les règles et les procédures relatives à l’invitation des personnes et délégations, établies conjointement avec le Japon, appelant à se conformer aux décisions de l’Union africaine relatives au format de la participation dans des rencontres de partenariat.


Cette position vient conforter celles prises par d’autres États africains qui ont dénoncé l’invitation unilatérale par la Tunisie de l’entité séparatiste contre l’avis du Japon et en violation du processus de préparation et des règles établies, fait savoir une dépêche de l’agence de presse MAP.


Pour rappel, d’autres pays ont pris des positions similaires : la Guinée-Bissau qui a quitté le Ticad 8, les Îles Comores ayant regretté l’absence du Maroc, au même titre que le Sénégal.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct