En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
07.07.2021 à 12 H 39 • Mis à jour le 07.07.2021 à 12 H 41
Par
Politique

PSU – FGD: Le Conseil national se révolte contre Mounib, soutenue par le bureau politique

101 membres du parti socialiste unifié (PSU) ont signé une tribune dans laquelle ils expriment leur « surprise » quant à la décision de leur secrétaire générale, Nabila Mounib, de retirer le PSU de la Fédération de la gauche démocratique – jusqu’ici composée du PSU, du Parti de l’avant-garde socialiste et démocratique (PADS) et du Congrès national ittihadi (CNI) –  lors des prochaines élections.


Pour les signataires, cette décision « choquante » est « contradictoire » avec l’orientation ayant obtenu 80 % des voix lors du dernier congrès du parti, et qui incitait les militants à « considérer les autres militants de la FGD comme étant les membres d’un seul et même parti ». Ainsi, le retrait de Mounib est antinomique avec l’article 8 des statuts du parti, qui dispose que « le Conseil national est la plus haute autorité de décision du parti  ».


Les auteurs du communiqué rédigé le 3 juillet dernier estiment également que cette décision ne respecte pas les conclusions de la réunion du Conseil national du PSU du 30 novembre 2019, et qui considère que « le projet de fusion [de la FGD, ndlr] représente un choix stratégique irréversible, et une réponse aux défis posés par la situation politique du pays ».


Ces 101 membres du Conseil national du PSU, dont le député casablancais Mustapha Chennaoui, ont exprimé leur « refus » de « cette action néfaste » et ont annoncé leur disposition à engager un dialogue avec les militants du parti, afin d’élaborer « une réponse politique convenable ».


De son côté, le bureau politique (BP) du PSU, réuni le dimanche 4 juin, a affiché son « soutien et appui » à Mounib, dénonçant les « campagnes qui la ciblent ». Le BP a entériné la décision de se retirer de l’alliance avec le PADS et le CNI, et de se présenter lors des prochaines élections sous le signe de la bougie (logo du PSU). En revanche, le BP a appelé à « se comporter positivement avec l’alliance du CNI et du PADS » et à « éviter les conflits autour des circonscriptions ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct