logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.06.2022 à 00 H 04 • Mis à jour le 23.06.2022 à 00 H 43
Par
Diplomatie

Rabat-Paris: premier contact entre Nasser Bourita et son homologue française

Signe de dégel dans les relations entre Rabat et Paris ? Ce 22 juin, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita s’est entretenu pour la première fois avec la nouvelle cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna.


Durant l’entretien téléphonique, la ministre a « rappelé l’attachement de la France au partenariat d’exception, qui lie nos deux pays, et à son approfondissement. Les deux ministres ont échangé sur les opportunités futures de la relation bilatérale », fait-on savoir auprès du Quai d’Orsay.


On ajoute que les deux diplomates ont « abordé les questions culturelles, éducatives et économiques, en particulier les domaines d’avenir tels que les énergies renouvelables et les secteurs de pointe ».


« Ils ont également évoqué les questions régionales, y compris les conséquences de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine », conclut, à minima, la diplomatie française : Aucune mention n’a cependant été faite du dossier du Sahara occidental, point sur lequel Rabat attend de Paris d’être plus entreprenant, à l’instar d’autres capitales européennes, comme Madrid ou Berlin, voire même, Outre-Atlantique, Washington qui, sous l’administration Trump, avait reconnu la souveraineté marocaine sur le territoire.


Un autre sujet occulté par la communication du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères : les tensions actuelles entre les deux pays, avec comme point d’orgue la question des mineurs non accompagnés arrivés en France que le Maroc refuse de rapatrier sans présentation d’un test PCR négatif. Un aspect qui, du côté français, semble agacer tant on avance qu’il est impossible de leur imposer ce protocole sanitaire.


Ultime moyen de pression, la décision prise de réduire la délivrance des visas Schengen pour les ressortissants marocains désireux de se rendre en France. Une disposition toujours en vigueur, malgré les différentes négociations engagées des deux côtés de la Méditerranée.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct