En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.07.2020 à 15 H 36 • Mis à jour le 10.07.2020 à 15 H 40
Par
Affaire Bouachrine

À Rabat, sit-in de soutien des avocats pour Mohammed Ziane suspendu de ses fonctions

Début juillet, l’ancien bâtonnier Mohammed Ziane avait été suspendu par la Cour d’appel de Rabat, à la suite de ses propos tenus lors du procès de Taoufiq Bouachrine. En 2019, l’avocat, connu pour ses joutes oratoires mais aussi pour ses déclarations polémiques aux médias, s’était fait remarquer en dénonçant les circonstances de la tenue du procès de l’ancien directeur de publication de Akhbar Al Yaoum.


A la presse devant la Cour d’appel de Casablanca, l’avocat n’avait pas hésité à détailler le déroulé des audiences, avec souvent un brin de moquerie face aux accusations. Ce 2 juillet, la Cour d’appel de Rabat prononçait une interdiction à l’encontre de l’avocat d’exercer pendant un an sa profession.


À Rabat, devant la même juridiction ayant prononcé le verdict contre Ziane, l’Union des jeunes avocats de l’ordre de Rabat a tenu ce 10 juillet un sit-in de soutien à leur confrère. D’après un communiqué diffusé par l’union, les avocats expriment leur « préoccupation quant à ce qui est advenu de l’immunité de la défense ».


Pour les avocats, les arguments qu’ils avancent pour défendre leurs clients devraient être « à l’abri de toute poursuite judiciaire ou sanction, car cela affecterait l’efficacité de leur travail et leur défense des droits et libertés », indique-t-on.


Pour rappel, en mars 2019, Mohammed Ziane avait également écopé d’une interdiction d’exercice de trois mois. C’est toujours la Cour d’appel de Rabat qui avait prononcé le verdict, lui reprochant des faits « d’abus professionnels, d’allégations sans fondement, de comportements contraires à la déontologie et de propagation d’informations mensongères ». Cette décision faisait suite à l’annonce de Me Ziane de la réception d’une lettre de Nasser Zefzafi, qu’il défendait à l’époque. Ce que l’administration pénitentiaire avait démenti.

Revenir au direct