En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.07.2021 à 11 H 32 • Mis à jour le 19.07.2021 à 11 H 33
Par
Anti-terrorisme

Rapatriement vers le Maroc d’un détenu de Guantánamo enfermé depuis 2002

Selon des informations rapportées par le New York Times, l’administration Biden vient de reprendre la main sur le dossier de Guantánamo, là où s’était arrêtée celle de Barack Obama. Le premier acte de l’équipe de Joe Biden étant le rapatriement d’un détenu de Guantánamo vers le Maroc, apprend-on. « Les États-Unis sont reconnaissants au Royaume du Maroc pour sa volonté de soutenir les efforts américains en cours pour fermer le centre de détention de Guantánamo Bay », a déclaré ce dimanche un haut responsable de l’administration, cité par le Times.


Le transfert a eu lieu ce lundi. Il s’agit d’un Marocain dont la sortie de prison avait été recommandée pour 2016, mais sous Donald Trump, rien n’avait pu être fait. Âgé de 56 ans, le Marocain en question s’appelle Abdelatif Nasser et n’a jamais été accusé d’un crime, précise le média américain. Il était pourtant enfermé depuis 2002, indique-t-on.


Au Maroc, l’ex-détenu de Guantánamo ne sera pas emprisonné. Ancien combattant taliban s’étant activé dans les montagnes de Tora Bora à la fin de 2001, il avait déclaré « regretter profondément ses actions du passé ». Sa demande de libération conditionnelle avait été acceptée en juillet 2016, à condition qu’il soit envoyé au Maroc avec les garanties de sécurité du gouvernement du pays. Les membres de la famille de l’ancien détenu se sont engagés à le soutenir en lui trouvant du travail dans l’entreprise de nettoyage de piscine de son frère, a déclaré son avocat Thomas Anthony Durkin.


Sous l’administration Trump, les transferts avaient été bloqués, dont notamment celui d’Abdellatif Nasser au début de l’année 2017. Le bureau du Département d’État en charge de la négociation des accords de sécurité avait d’ailleurs été fermé, fait savoir la même source.


Washington compte dorénavant réduire la population carcérale au sein du camp de Guantánamo, fixé dorénavant à 39 personnes. Dix devraient être également transférés.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct