logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.11.2021 à 11 H 40 • Mis à jour le 10.11.2021 à 11 H 40 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Diplomatie

Réduction de visas pour la France: « Cela reste compliqué avec l’Algérie et le Maroc »

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, est revenu ce mercredi sur la réduction de visas pour la France accordés par Paris et ayant ciblé trois pays du Maghreb : le Maroc, l'Algérie et la Tunisie.


« Depuis la crise sanitaire, on a des blocages avec plusieurs pays, notamment avec les pays du Maghreb », fait-il savoir, ajoutant que « réduire les visas est une mesure difficile mais qu'on assume tant qu'il n'y aura pas une coopération plus importante ». Ce qui a permis, d'après le responsable français, « une reprise de discussions diplomatiques à très haut niveau ».


Pour rappel, le Maroc, à travers Nasser Bourita, avait jugé la décision « injustifiée », en expliquant les raisons.


« On a commencé à avoir des résultats avec la Tunisie, on a des laissez-passer consulaires qui ont été délivrés, plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines depuis cette annonce. cela reste compliqué avec l'Algérie et le Maroc », affirme de son côté le membre du gouvernement français. « Mais il y a un travail diplomatique qui se poursuit », souligne-t-il.


« Notre objectif c'est quoi ? C'est simplement de faire respecter nos règles migratoires », indique Gabriel Attal au micro de Francinfo. « Cela veut dire que des personnes qui ont vocation à être accueillies en France, parce qu'elles sont persécutées dans leur pays, parce qu'elles bénéficient de l'asile, soient pleinement intégrées mais pour des personnes qui n'ont pas vocation à rester en France, il faut qu'elles soient expulsées et reconduites dans leur pays d'origine », précise-t-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct