En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.06.2021 à 18 H 58 • Mis à jour le 06.06.2021 à 19 H 19
Par
Aérien

Reprise des vols de et vers le Maroc à partir du 15 juin, mise en place d’une liste de pays non concernés

Il a été décidé la reprise des vols de et vers le Maroc à compter du mardi 15 juin notamment pour faciliter le retour des Marocains résidant à l'étranger. Vu que l'espace aérien du Royaume est toujours fermé, ces vols s'effectueront dans le cadre d'autorisations exceptionnelles

« Sur la base des indicateurs positifs de la situation épidémiologique dans le Royaume du Maroc et de la baisse du nombre des cas d’infections au nouveau coronavirus, notamment après l’élargissement des campagnes de vaccination dans notre pays, les autorités marocaines ont pris de nouvelles mesures progressive afin d’assouplir les restrictions sur le déplacement des voyageurs désirant accéder au territoire national », annonce un communiqué officiel de la diplomatie diffusé ce 6 juin. « Ces mesures visent à faciliter le retour des Marocains résidant à l’étranger à la Patrie », poursuit-on, précisant que « dans ce contexte, il a été décidé la reprise des vols de et vers le Royaume du Maroc à compter du mardi 15 juin 2021 ».


« Vu que l’espace aérien du Royaume est toujours fermé, ces vols s’effectueront dans le cadre d’autorisations exceptionnelles », indique la communication du ministère des Affaires étrangères. « Cette opération se déroulera selon une approche qui allie ouverture progressive – en tenant compte de l’évolution de la situation épidémiologique nationale et internationale –  et préservation des acquis réalisés par notre pays pour endiguer la propagation du coronavirus », ajoute le communiqué.


« Dans ce cadre, il a été procédé à la classification des pays en deux listes, conformément aux recommandations du ministère de la Santé, sur la base des données épidémiologiques officielles publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou par ces pays eux-mêmes via leurs sites Web officiels », précise la diplomatie.


Des listes seront mises en place, fait-on savoir. Une première, la liste “A” , comprend tous les pays ayant des indicateurs positifs en ce qui concerne le contrôle de la situation épidémiologique, en particulier la propagation des variantes du virus. « Ainsi, les voyageurs en provenance de ces pays –  qu’ils soient des ressortissants marocains, des étrangers établis au Maroc, ou des citoyens de ces pays ou étrangers y résidant –  peuvent avoir accès au territoire marocain s’ils disposent d’un certificat de vaccination et/ou d’un résultat négatif d’un test PCR d’au moins 48 heures de la date d’entrée au territoire national », explique le département de Nasser Bourita. Les titulaires des certificats de vaccination étrangers bénéficieront des mêmes avantages accordés par le certificat de vaccination marocain aux citoyens marocains sur le territoire national.


Une seconde liste sera adoptée. Il s’agit de la liste “B” , qui se présente comme étant « une liste restrictive de l’ensemble des pays non concernés par les mesures d’allègement contenues dans la liste “A” , et qui connaissent une propagation des variantes ou l’absence de statistiques précises sur la situation épidémiologique ».


Les listes A et B seront publiées de manière régulière sur les sites électroniques des ministères chargés des Affaires étrangères, de la Santé et du Tourisme. Les deux listes seront actualisées régulièrement au moins deux fois par mois selon le besoin.


« Concernant le retour des Marocains résidant à l’étranger par voie maritime, dans le cadre de l’opération « Marhaba 2021 », il aura lieu à partir des mêmes points de transit maritime de l’année dernière conformément aux conditions sanitaires citées ci-haut, tout en précisant qu’en plus du test PCR présenté lors de l’embarquement, les voyageurs subiront un autre test à bord et ce pour assurer le maximum de sécuritaire sanitaire pour eux pour leurs proches », affirme le communiqué dont Le Desk détient copie.


La liste A contient les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies qui ne sont pas mentionnés dans la liste B. On fournit par ailleurs les pays concernés par la liste B. Il s’agit de l’Afghanistan, l’Algérie, l’Angola, l’Argentine, le Bahreïn, le Bangladesh, le Bénin, la Bolivie, le Botswana, le Brésil, le Cambodge, le Cameroun, le Cap Vert, le Chili, la Colombie, le Congo, Congo (RDC), Cuba, les Emirats Arabes Unis, Eswatini, Guatemala, Haïti, Honduras, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Irak, la Jamaïque, le Kazakhstan, le Kenya, le Kuweït, Lesotho, Lettonie, Liberia, la Lituanie, Madagascar, la Malaisie, le Malawi, les Maldives, Mali, les Iles Maurice, le Mexique, la Namibie, le Népal, le Nicaragua, le Niger, Oman, Ouganda, le Pakistan, Panama, le Paraguay, le Pérou, Qatar, la République Centraficaine, la République Démocratique Populaire de Corée (Nord), les Seychelles, le Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, l’Afrique du Sud, le Sri Lanka, le Sud Soudan, la Syrie, la Tanzanie, Tchad, Thaïlande, Togo, l’Ukraine, l’Uruguay, le Venezuela, le Vietnam, le Yemen, la Zambie et le Zimbabwe.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct