En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.08.2017 à 10 H 28 • Mis à jour le 04.08.2017 à 10 H 28
Par
Afrique

Rwanda : Kagamé devrait remporter la présidentielle haut la main

De longues files d’attente se sont formés vendredi au Rwanda à l’ouverture des bureaux de vote pour une élection présidentielle que le président sortant, Paul Kagamé, aborde avec une totale confiance.


Paul Kagamé, 59 ans, arrivé au pouvoir après le génocide de 1994 et président depuis 2000, a stabilisé le pays grâce à une croissance économique rapide. Ses opposants jugent toutefois que ce développement économique s’est fait au détriment des libertés civiles et estiment qu’un climat de peur s’est installé avant le vote de vendredi.


« Même si je suis pauvre, je vais voter pour Kagamé afin qu’il restaure la paix et la sécurité », a confié Apollinaire Karangwa, un fermier de 45 ans, rencontré dans la file d’attente d’un bureau de vote de Kigali.


En 2010, le président sortant a obtenu 93 % des suffrages. Il est apparu confiant en début de semaine devant les sympathisants de son parti, le Front patriotique rwandais (FPR).


« Avec la force du Front patriotique rwandais, ajoutée à celle de la coalition, c’est presque une victoire à 100 % », a-t-il déclaré devant la foule.


Face à lui, deux candidats ont été retenus pour participer à l’élection présidentielle.


Frank Habineza, un ancien du FPR âgé de 40 ans, représente le Parti démocratique vert, la seule force d’opposition autorisée dans le pays. Selon lui, le Parti Vert compte 500.000 membres, sur un total de six millions d’électeurs et une population rwandaise de 11,8 millions d’habitants.


Il s’est rendu tôt vendredi matin pour aller déposer son bulletin de vote dans le bureau de Kimoronko, dans la capitale. Après avoir voté, Habineza a expliqué que sa campagne avait été freinée par l’hégémonie du FPR, le parti au pouvoir.


« Toutes les structures de l’Etat appartiennent à son parti. Ce n’est pas très facile, mais nous avons aussi des forces », a-t-il dit à la presse.


Philippe Mpayimana, journaliste de formation âgé de 47 ans et longtemps exilé, est le seul candidat indépendant à se présenter.

Revenir au direct