En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.01.2020 à 14 H 37 • Mis à jour le 20.01.2020 à 14 H 37
Par
Moyen-Orient

Ryad et Abou Dhabi condamnent une attaque sanglante au Yémen

L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, les deux piliers de la coalition soutenant militairement le gouvernement du Yémen, ont condamné lundi une attaque sanglante contre les soldats loyalistes dans ce pays, attribuée aux rebelles.


Une attaque au missile a visé samedi une mosquée d’un camp militaire à Marib à l’est de Sanaa, faisant 116 morts et des dizaines de blessés, dont plusieurs dans un état grave, selon un dernier bilan de sources médicales.


L’attaque, l’une des plus meurtrières contre les forces fidèles au gouvernement depuis le début du conflit en 2014, n’a pas été revendiquée mais les autorités accusent les rebelles Houthis.


« Nous condamnons l’attaque terroriste perpétrée par la milice des Houthis contre une mosquée à Marib », a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter.


De son côté, le ministère des Affaires étrangères des Emirats, a exprimé sa « dénonciation de tels actes criminels ». Il a appelé, dans un communiqué, la communauté internationale à « faire face au terrorisme d’où qu’il vienne et qui nuit à la paix et à la stabilité ».


L’Arabie saoudite dirige depuis 2015 une coalition militaire qui appuie les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi face à l’insurrection des Houthis. Soutenus par l’Iran, ces derniers ont pris depuis 2014 le contrôle de la capitale Sanaa et plusieurs parties du territoire.


Selon diverses organisations humanitaires, la guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils, depuis l’intervention de l’Arabie saoudite et ses alliés.

Revenir au direct