En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.07.2021 à 21 H 23 • Mis à jour le 02.07.2021 à 21 H 23
Par et
ONU

Sahara: Guterres regrette le rejet des 13 candidatures au poste d’envoyé spécial

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exhorté vendredi le Maroc et les indépendantistes sahraouis du Front Polisario à accepter le prochain candidat qu’il leur proposera pour le poste d’envoyé spécial de l’ONU au Sahara occidental, après le refus récent d’une treizième candidature.


« Il est absolument essentiel d’avoir un envoyé spécial pour relancer le dialogue politique sur le Sahara occidental », a déclaré Guterres lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez à l’occasion d’une visite à Madrid.


En l’absence d’accord entre les deux parties, le poste est vacant depuis la démission en mai 2019, officiellement pour raisons de santé, du dernier titulaire, l’ex-président allemand Horst Kohler.


« La difficulté, c’est que nous avons déjà proposé 13 noms, et jusqu’à présent, nous n’avons pas obtenu le consensus des parties », a-t-il déploré, lançant un appel aux deux parties « à réserver un bon accueil au prochain candidat, parce qu’il est absolument essentiel de relancer le dialogue politique, pour faire face également à toutes les frustrations qui existent dans une crise qui, pour l’instant, n’a pas d’issue ».


Guterres avait indiqué début mai avoir déjà proposé 12 candidats en deux ans. Il n’a pas précisé vendredi qui était ce 13e candidat qui a été rejeté, mais selon des sources diplomatiques à l’ONU, il s’agissait de Staffan de Mistura.


L’ancien envoyé spécial de l’ONU pour le conflit en Syrie avait été accepté par le Polisario, mais s’est heurté au refus de Rabat.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct