S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.10.2022 à 20 H 56 • Mis à jour le 27.10.2022 à 21 H 21 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
ONU

Sahara: Le Maroc se félicite d’une « résolution de confirmation »

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté, ce jeudi, la résolution 2654 relative à « la question du Sahara marocain », apprend-on d’un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette résolution renouvelle le mandat de la Minurso pour une année, jusqu’à fin octobre 2023.


Comme nous le précisions précédemment, le vote s'est déroulé avec 13 votes pour, 0 contre et deux absentions émanant de la Russie et du Kenya qui a affirmé que « la résolution s'écarte du mandat et n'aidera pas les parties à arriver à une solution politique juste et mutuellement acceptable ».


« Le soutien international grandissant de pays importants et influents à l’Initiative Marocaine d’Autonomie, l’ouverture à Laâyoune et à Dakhla de plus d’une trentaine de Consulats Généraux, la non-reconnaissance de plus de 84 % des États membres de l’ONU de l’entité fantoche, ainsi que l’essor économique et social dans les Provinces du Sud, sont autant d’illustrations de cette dynamique hautement positive », peut-on lire du communiqué.


Pour le ministère des Affaires étrangères, il s’agit d’une « résolution de confirmation et d’évolution ». Une résolution de confirmation, dans le sens où elle réaffirme le cadre du processus politique, ses acteurs, et sa finalité.


Dans le détail, le Conseil de Sécurité a considéré, dans le paragraphe préambulaire n°4 de la résolution, que le format des « tables rondes » est le seul cadre de discussion en vue de parvenir à une solution définitive au différend régional sur le Sahara marocain, fait-on savoir.


La résolution a également mandaté, dans son paragraphe opératif n°3, l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU de « faciliter » le processus politique en « bâtissant sur … le cadre instauré par l’ancien Envoyé Personnel », à savoir les deux « tables rondes » tenues à Genève respectivement en décembre 2018 et en mars 2019.


Toujours au niveau du paragraphe opératif n°3, la résolution a appelé « le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie, et le « polisario » à rester engagés dans ce processus sur toute sa durée, dans un esprit de réalisme et de compromis, en vue de le faire aboutir ».  La résolution cite systématiquement l’Algérie à chaque fois qu’il y est fait référence au Maroc, fait remarquer le communiqué.


La résolution a également réitéré, dans son paragraphe opératif n°2, que la solution politique devrait être « réaliste, pragmatique, durable, et basée sur le compromis », ce qui ne peut être que l’Initiative Marocaine d’Autonomie, dont la prééminence a été de nouveau réaffirmée par le Conseil de Sécurité.


D’une autre part, l’aspect évolutif dans cette résolution réside dans le fait que le texte adopté ce jeudi, consacre des évolutions importantes au moins à deux niveaux, « celui du recensement et de l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, et celui du respect du mandat de la Minurso dans la surveillance du cessez-le-feu »

 

Dans le détail, au niveau du paragraphe préambulaire n°23, le Conseil de Sécurité a « demandé à nouveau instamment  » à l’Algérie que les populations des camps de Tindouf « soient dûment enregistrées, et soulignant qu’il importe que toutes les mesures nécessaires soient prises à cette fin ».


La même demande a été adressée, dans le paragraphe opératif n°15, aux agences onusiennes d’observer les « meilleures pratiques » de l’ONU dans l’acheminement des aides humanitaires aux populations des camps. Le Conseil a confirmé ainsi, les préoccupations de la communauté internationale concernant « les détournements systématiques des aides humanitaires destinées à ces populations, dûment documentées dans des rapports d’organisations internationales »,souligne le communiqué.


Par ailleurs, la résolution, dans son paragraphe opératif n°8, a demandé expressément au Polisario de permettre « la reprise du réapprovisionnement sûr et régulier de la Minurso afin de garantir la viabilité de la présence de la Mission ». Ainsi, « le Conseil de Sécurité a dénoncé les violations continues du Polisario du cessez-le-feu à l’Est du dispositif marocain de défense, à l’opposé de la coopération constante du Royaume avec la Mission onusienne », fait-on savoir.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct