logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.05.2022 à 13 H 42 • Mis à jour le 12.05.2022 à 13 H 49
Par
Politique

Selon Benkirane, l’objectif du PJD est de réformer, pas de gouverner

Lors de la troisième édition du congrès régional organisé dimanche dernier par le Parti de la Justice et du Développement (PJD) dans la région de Drâa-Tafilalet, le secrétaire général de la formation islamiste, Abdelilah Benkirane, a déclaré que l’objectif de son parti est de « contribuer à résoudre les problèmes, pas de gouverner ».


Critique envers les visées de certaines mouvances islamistes, l’ancien chef du gouvernement a affirmé « qu’avoir été convaincu que son rôle est d’accéder au pouvoir a été l’erreur fondamentale commise par le mouvement islamiste à travers le monde ».


Benkirane a ensuite expliqué le rôle du mouvement islamiste est de « contribuer aux réformes, que ce soit sur le plan religieux, l’éducation des enfants ou encore la propreté de nos rues ». Et d’ajouter : « notre décision d’entrer en politique n’était pas motivée par la prise de pouvoir ».


Dans ce sens, le chef du PJD s’est montré critique face à l’expérience des islamistes au Soudan. « Ce sont bonnes personnes, intelligentes de surcroit. Mais dès leur arrivée au pouvoir, leur incapacité à réaliser le développement de la manière requise et leur poursuite du pouvoir, de l’argent, du luxe et du sectarisme, ont finalement poussé le peuple à les abandonner », a-t-il déclaré.


Revenant sur sa propre expérience, Benkirane s’est dit « soulagé » de ne plus avoir à subir le fardeau qu’est pouvoir. À ce titre, il a déclaré : « nous pensons au roi, et lui disons que nous sommes à ses côtés depuis qu’il a pris les rênes du pouvoir il y a 23 ans, et que notre passage au gouvernement avait pour but de lui apporter de l’aide, dans le cadre des lois en vigueur  ».


Monarchiste convaincu, Benkirane a reconnu que position du mouvement islamiste vis-à-vis de l’institution royale a évoluée au cours des années. « Gouverner c’est exercer le pouvoir et contribuer à la réforme et au progrès de l’État afin de maintenir sa stabilité et sa sécurité », a-t-il déclaré, avant de souligner « que la tâche première des rois est de préserver leurs règnes, et qu’aucun monarque ne souhaite devenir le dernier roi ».


Revenant sur le conflit russo-ukrainien, le secrétaire général du PJD a estimé que « les évolutions actuelles rendent difficile, voire impossible, d’imaginer une victoire de l’Ukraine », avant d’ajouter que les transformations que traverse le monde actuellement nécessitent « une forte cohésion avec la monarchie ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct