En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.06.2019 à 01 H 33 • Mis à jour le 09.06.2019 à 01 H 33
Par et
Sanctions

Selon l’Iran, l’offre américaine de négocier n’est pas sincère

Les nouvelles sanctions décidées par les Etats-Unis à l’encontre de Téhéran montrent que l’offre de Washington de négocier n’a rien de sincère, a déclaré samedi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.


Les Etats-Unis ont placé sous sanctions, vendredi, le plus important groupe pétrochimique iranien, PGPIC (Persian Gulf Petrochemical Industries Company), en lui reprochant son soutien indirect au corps des Gardiens de la Révolution, mesure destinée, selon Washington, à assécher les revenus du corps d’élite de l’armée iranienne, mais pour les analystes, l’impact de telles sanctions restera essentiellement symbolique.


Le président américain, Donald Trump, a déclaré ces derniers jours qu’il était disposé à discuter avec la République islamique.


« Il n’a fallu qu’une semaine pour que la déclaration sur la volonté du président américain de parler avec l’Iran se révèle creuse », a déclaré le porte-parole, Abbas Mousavi. « La stratégie américaine consistant à exercer une pression maximale est vouée à l’échec », a-t-il ajouté.


Les tensions sont montées ces dernières semaines entre l’Iran et les Etats-Unis, après l’envoi par Washington de troupes et de matériel militaire au Moyen-Orient, parmi lesquels un porte-avions, des bombardiers B-52 et des missiles antimissiles Patriot, dans le cadre d’une démonstration de force face aux menaces que, selon Washington, l’Iran fait peser sur les troupes et les intérêts des Etats-Unis dans la région.


Cité par l’agence de presse iranienne Isna, le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, a estimé samedi que les ennemis de la République islamique redoutaient de se trouver en guerre contre Téhéran en raison de la puissance de feu de l’armée iranienne.


« Ils ont peur de toute forme de guerre ou de conflit avec l’Iran », a-t-il dit en estimant que l’offre américaine de discuter sans conditions préalables n’était pas sincère.


Donald Trump a dénoncé en mai 2018 l’accord de 2015 sur le programme nucléaire de l’Iran et a rétabli d’importantes sanctions contre ce pays.

Revenir au direct