logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.11.2022 à 14 H 08 • Mis à jour le 17.11.2022 à 14 H 10 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Energie renouvelable

Siemens Gamesa envisage de céder son usine de Tanger

Siemens Gamesa a exprimé son intention de vendre son usine de pales onshore à Tanger, après son annonce de la fermeture en septembre dernier, apprend-on de Reuters.


« La décision a été prise dans une perspective globale qui tenait compte de l'évolution des demandes du marché, de la concurrence accrue et de l'impact d'une grave crise de la chaîne d'approvisionnement », a déclaré Paulo Fernando Soares, PDG d'Onshore pour l'Europe du Sud, l'Afrique, l'Amérique latine et le Brésil.


Ce dernier a tenu à préciser que la fermeture n'affectera pas la capacité de la société à mener à bien les projets en cours.


Rappelons que Gamesa a annoncé la fermeture de son usine de Tanger le 15 septembre dernier via un communiqué, expliquant que c'est « le résultat d'un manque de commandes pour le type de pale produit dans l'usine. Le marché s'orientant à l'avenir vers des turbines plus grandes et plus efficaces ».


Jusqu'à 500 emplois seront touchés par cette fermeture mais Siemens soutiendra les employés tout au long du processus de séparation. Par ailleurs, elle maintiendra ses activités dans son siège régional de Casablanca et sur d'autres sites au Maroc, où elle continuera à servir les importants marchés marocains et africains, a-t-elle fait savoir.


Début novembre, la société a déclaré que sa marge bénéficiaire de base au cours de l'année qui s'est terminée le 30 septembre, y compris les gains provenant de la vente de sa division de développement, était de moins 5,9 %, ce qui est inférieur à ses propres prévisions d'août de moins 5,5 %, précise la source.




©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct