En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.08.2021 à 17 H 41 • Mis à jour le 10.08.2021 à 17 H 43
Par
Crise

Situation des salles de cinéma: les professionnels alertent le gouvernement

Dans une lettre adressée au Chef du Gouvernement, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports ainsi qu’au Directeur du Centre Cinématographique Marocain (CCM), les chambres syndicales appellent à un allègement des mesures restrictives pour les personnes vaccinées afin de faciliter leur accès aux salles obscures même après 21 heures.


Dans la lettre, dont Le Desk détient une copie, les professionnels du secteur ont souligné que depuis la période allant de mars 2020 à juin 2021 les salles de cinéma marocaines sont restées fermées 15 mois, ce qui représente la période la plus longue au monde de fermeture de cinémas liée à la pandémie et les soutiens d’État reçus par les exploitants du cinéma ne couvrent que 8 mois de charges fixes et seuls « trois mois de charges leur ont été versés à ce jour », peut-on lire dans la lettre.


La fréquentation des salles de cinéma a déjà chuté de 60 %, un pourcentage qui devrait passer à 90 % à la suite de l’annonce du couvre-feu à 21h : « les entrées dans les cinémas chuteront donc d’au moins 90 % par rapport à une exploitation hors pandémie, et nous ne parlons que des billets, car cette chute de fréquentation a réduit à néant les recettes publicitaires qui enregistrait les cinémas », précisent les professionnels du secteur.


Tenant compte de la difficulté que représente la gestion sanitaire d’un pays de 37 millions d’habitants, les chambres syndicales représentant le secteur du cinéma soulignent que les 10 millions de personnes totalement vaccinées ne représentent aucun danger, par contre, ils sont une catégorie cruciale pour la relance économique du pays.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct