En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.10.2021 à 17 H 37 • Mis à jour le 06.10.2021 à 17 H 37
Par
Diplomatie

Staffan de Mistura nommé envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara

Staffan de Mistura a été officiellement nommé envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara Occidental, apprend-on de l’agence espagnole EFE. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait entamé le mois dernier des consultations auprès des membres du Conseil de Sécurité pour la nomination du diplomate italo-suédois.


Omar Hilale, représentant permanent du Maroc à l’ONU, avait affirmé en septembre dernier que « l’annonce de la nomination de Staffan de Mistura se fera dans les prochains jours, après l’aval des membres du Conseil de Sécurité ». « Bien évidemment, le Maroc a été consulté au préalable au sujet de cette nomination et a déjà notifié son accord à Antonio Guterres. L’accord du Maroc émane de sa confiance permanente et son soutien constant aux efforts du Secrétaire général de l’ONU, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend régional sur le Sahara marocain », indiquait le diplomate.


Omar Hilale poursuivait : « une fois nommé, nous l’espérons bien, M. de Mistura pourra compter sur la coopération et le soutien, sans faille, du Maroc dans la mise en œuvre de sa facilitation pour le règlement de ce différend régional, et ce conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007, notamment les résolutions 2440, 2468, 2494 et 2548, qui ont consacré le processus de Tables Rondes avec ses quatre participants et ses modalités ».


L’ancien médiateur de l’ONU en Syrie avait été proposé par le Secrétaire général de l’ONU pour être le cinquième émissaire de l’organisation onusienne pour ce territoire non autonome. Pour rappel, le Polisario avait déjà accepté la nomination de Staffan de Mistura.


De son côté, dans une déclaration qui nous avait été donnée par une source de haut au niveau du ministère des Affaires étrangères, le Maroc avait affirmé, fin avril dernier, « être encore au stade de l’évaluation de cette candidature et nous ne décidons pas sur un nom ou sur l’origine ou la nationalité d’un prétendant à ce poste, mais sur sa capacité à mener son mandat  », nous expliquait-on. « Ce qui est essentiel à nos yeux aujourd’hui est de considérer le cap qui sera donné à sa mission. Si nous estimons que nous serons amenés à revenir à un cycle de rhétoriques, cela n’est pas un objectif pour nous. Notre position sera guidée par les seuls intérêts du Maroc, le profil du candidat se devra être compatible avec ces conditions. L’attitude du Polisario qu’il accepte ou refuse, ne pèse pas dans notre approche, et nous ne réagissons pas à ses choix mais à la pleine aptitude de la personne à qui sera dévolue le mandat », concluait notre source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct