En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.01.2017 à 14 H 00 • Mis à jour le 10.01.2017 à 14 H 00
Par

Stocks de sécurité: la Cour des comptes révèle que le Maroc navigue à vue

Conclusions alarmantes de la Cour des comptes qui vient de rendre public son rapport de mission sur les stocks de sécurité au Maroc. L’enquête a porté sur des produits stratégiques dont les produits pétroliers, le blé tendre, le sucre, les médicaments et les produits sanguins. C’est la notion même de stock qui demeure floue selon les magistrats-enquêteurs. Le « stock de sécurité est confondu avec les stocks outils des opérateurs, destinés à répondre à leurs propres besoins commerciaux et non au souci national de sécurité de l’approvisionnement dans les circonstances normales et exceptionnelles », relèvent-ils. L’obligation réglementaire de détenir 30 jours de ventes de pétrole brut par le raffineur « n’est respectée qu’à moitié avec des stocks ne couvrant que 15,7 jours de ventes à juillet 2015 ». Une situation aggravée par l’arrêt de la Samir. Quant aux distributeurs, le niveau de 60 jours de consommation n’est jamais atteint, au contraire des seuils critiques de 10 jours ont été relevés. En matière de produits alimentaires, la multiplicité des intervenants « rend le suivi et le contrôle des stocks chez ces opérateurs (de blé) plus difficiles et moins précis ». Idem pour les médicaments qui ne bénéficient pas d’une approche spécifique.

Revenir au direct