En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.03.2021 à 15 H 30 • Mis à jour le 03.03.2021 à 15 H 31
Par
Diplomatie

Tensions Maroc-Allemagne: pour Berlin, aucune raison ne justifie la récente réaction de Rabat

L’Allemagne s’est officiellement prononcé au sujet de la lettre envoyée par la diplomatie marocaine aux différents départements ministériels du gouvernement, leur enjoignant de cesser tout contact et coopération avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat et tous les organes qui en dépendent.


Dans une déclaration donnée par Christofer Burger, porte-parole du ministre allemand des Affaires étrangères, lors d’un point et retranscrite par l’agence AFP, le responsable allemand affirme : « Hier, nous avons invité l’ambassadrice du Maroc à une réunion urgente avec le secrétaire d’État au ministère des affaires étrangères pour clarifier les événements rapportés du Maroc », confirmant l’information publiée par Bloomberg plus tôt.


Le porte-parole ajoute : « De notre point de vue, il n’y a pas de raison que les relations diplomatiques soient affectées. L’Allemagne et le Maroc collaborent étroitement depuis de nombreuses décennies, ce qui, à notre avis, est toujours dans l’intérêt des deux pays ». « A cet égard, rien n’a changé dans la politique allemande à l’égard du Maroc », ajoute la même source.


Lors de la conférence de presse, le porte-parole de la diplomatie allemande a évité de qualifier cette mesure de « gel » des relations diplomatiques, avance pour sa part l’agence de presse EFE. Jusqu’à présent, ni l’Allemagne ni le Maroc n’ont officiellement et publiquement expliqué les raisons de la décision de Rabat qui, de l’avis des milieux diplomatiques allemands, a été « surprenante ».


Il n’en reste pas moins que des sources autorisées, relayées par les médias marocains, tendent à pointer du doigt « un cumul » de couacs entre Rabat et Berlin. De la position sur le Sahara, jusqu’au refus d’inviter le Maroc aux négociations sur l’avenir de la Libye organisées à Berlin en janvier 2020, des éléments qui, comme nous l’expliquions, ont poussé Rabat à vouloir envoyer « un avertissement » au pays dirigé par Angela Merkel.

Par
Revenir au direct