En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.05.2017 à 07 H 43 • Mis à jour le 01.05.2017 à 07 H 43
Par
Social

Un 1er mai sur fond de tentative gouvernementale de désamorçage des tensions syndicales

La classe ouvrière marocaine fête aujourd’hui le 1er mai dans un contexte national marqué par la constitution d’un nouveau gouvernement et par le retard pris pour l’adoption de la loi de Finances de l’année en cours. La réunion en début de semaine du chef de gouvernement, Saadeddine El Otmani, avec les représentants de la CDT, la FDT, l’UNTM, l’UGTM et l’UMT, a tenté de mettre fin au climat de méfiance et de confrontation qui régnait durant le mandat de Abdelilah Benkirane. Le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, a déclaré dans ce contexte à Akhbar Al Yaoum que le gouvernement va dynamiser le dialogue social au cours de cette année. C’est une « bonne nouvelle » pour les syndicats, a-t-il affirmé. Le PPS quant à lui a appelé le gouvernement à « satisfaire les revendications des travailleurs en respectant les obligations inscrites dans le programme gouvernemental ». Il souligne la nécessité « d’améliorer le niveau de vie des salariés, affirmant que le chemin est encore long devant la satisfaction de toutes les revendications justes et légitimes des travailleurs marocains ». La Ligue marocaine pour la défense des droits de l’Homme a dénoncé « des dysfonctionnements dans la structure de la société à cause du chômage, notamment sur les plans économique et social ». Elle a accusé le gouvernement d’amputer les droits de milliers de cadres à l’emploi et à une vie digne, notamment à cause de la réforme du système des retraites et l’augmentation des cotisations.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct