En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.03.2021 à 10 H 36 • Mis à jour le 01.03.2021 à 10 H 37
Par

Un Australien d’origine saoudienne risque l’extradition du Maroc vers Riyad

Osama El Hasani, Australien d’origine saoudienne, rendait visite à son nouveau-né au Maroc lorsqu’il a été arrêté quatre heures après son arrivée à l’aéroport Mohamed V de Casablanca le 8 février dernier, selon les déclarations de son épouse au média australien SBS.


Détenu à la demande des autorités saoudiennes, il aurait été conduit à la prison de Tifelt. Riyad aurait également demandé son expulsion immédiate vers l’Arabie saoudite, une requête adressée au ministère public au Maroc, dans une lettre datée du 11 février 2021 a rapporté le groupe Prisoners of conscience.


Toujours selon Prisoners of Conscience, qui défend les intérêts des personnes détenues en Arabie saoudite, El Hasani voyageait avec son passeport australien lorsqu’il est entré au Maroc. Par ailleurs, il serait « récemment allé en Grande-Bretagne » et constituerait une menace pour les autorités de son pays d’origine qui le suspectent d’appartenir à un mouvement d’opposition au pouvoir wahhabite.


« Nous confirmons que les autorités marocaines vont juger le Dr Oussama Al-Husaini le 3 mars, puis qu’il sera probablement expulsé vers l’Arabie saoudite, où se trouve le véritable danger », ont-ils tweeté le 27 février dernier.


À deux jours de son procès, une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #DontDeportOsamaAlHasani, pour faire pression sur les autorités marocaines afin qu’elles ne l’expulsent pas vers l’Arabie saoudite, où ils disent qu’il risque la mort ou la détention. Ses proches craignent qu’il ne subisse le même sort que le journaliste Jamal Khashoggi.

Par
Revenir au direct