En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.01.2020 à 17 H 33 • Mis à jour le 12.01.2020 à 17 H 34
Par
Escroquerie

Un Belgo-marocain condamné à rembourser 1,6 M$ à des oeuvres caritatives américaines

Un Belgo-marocain qui faisait partie d’un gang qui a escroqué des millions de dollars à des organisations caritatives et à des cabinets d’avocats aux États-Unis a été condamné à 60 mois de prison et à rembourser 1,6 million de dollars à ses victimes.


Aref Zokita Said, 37 ans, un ressortissant belge d’origine marocaine, a participé à une escroquerie qui consistait à envoyer un chèque à l’organisation caritative à titre de don, puis à les appeler pour leur dire que la somme en jeu était une erreur et leur demander de rembourser une partie de la somme. Certains ont accepté, mais lorsqu’ils sont venus encaisser le chèque original, ils ont constaté qu’il ne valait rien.


Les victimes étaient des organismes de bienfaisance, certaines organisations à but non lucratif et des cabinets d’avocats.


Les procureurs du Massachusetts ont d’abord dit à Said qu’il risquait 20 ans de prison. Ils sont ensuite revenus au tribunal avec une demande de peine de sept ans. Le tribunal lui a finalement ordonné d’aller en prison pour cinq ans.


Said a fui les États-Unis alors que le filet se refermait sur le gang, et s’était réfugié au Maroc. Là, il a été arrêté sur la base d’un mandat international et a été extradé vers les États-Unis huit mois plus tard. Il est en attente de son procès à Boston depuis décembre 2018. Si l’on tient compte du temps passé au Maroc et aux Etats-Unis, il lui reste un peu plus de trois ans à purger.


Said a également été condamné à trois ans supplémentaires de liberté surveillée et à rembourser 1,6 million de dollars aux organisations qu’il a aidé à frauder, notamment des organisations caritatives et des avocats travaillant pour les handicapés, les victimes de violences sexuelles, les enfants pauvres et pour la protection de l’environnement.

Revenir au direct