En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.06.2019 à 14 H 37 • Mis à jour le 16.06.2019 à 14 H 40
Par
Télévision

Un spot télé d’Orange Maroc susceptible de banaliser le jihadisme (CSCA)

L’organe de régulation de l’audiovisuel a relevé qu’un des messages publicitaires d’Orange Telecom, diffusé du 9 au 13 mai 2019 (première semaine de Ramadan) sur les trois principales chaines de télévisions nationales , a contenu une scène comprenant une séquence sonore associée en les termes suivants :


“ (… ) ندير السلفي مع عمار ونعيط لولد عيشة واخا يكون في قندهار(… )” .


(« Je fais un selfie avec Ammar et j’appelle Ould Aïcha même à Kandahar ).


Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) considère que le spot publicitaire a contenu une scène, comportant des images de jeunes vêtus de djellabas courtes, dont un barbu, associées aux termes susmentionnés  ce qui renvoie, au regard des éléments de la scène précitée à une situation de communication anodine avec un ami de quartier se trouvant à Kandahar en Afghanistan.


« Eu égard à la portée symbolique de cette référence géographique, à la mise en scène précitée et à l’apparence des personnages, en référence implicite au phénomène de l’embrigadement de certains jeunes, pour rejoindre des organisations illégales », le CSCA a considéré que « ce passage du spot est susceptible, même en l’absence d’incitation directe, de constituer une normalisation et une banalisation, par l’humour, avec le fait de rejoindre des entités et des régions connues pour être des centres abritant des organisations classées comme terroristes ».

 

« Ce qui met le contenu précité en non-conformité avec les dispositions légales et réglementaires en vigueur, notamment celles relatives aux engagements déontologiques », explique le Conseil dans un communiqué.


Après un courrier adressé à la SNRT, à la Soread 2M et à Médi 1 TV le 20 mai, le CSCA a décidé le 14 juin, d’adresser un avertissement à ces trois canaux télévisuels et de le publier au Bulletin Officiel.

Revenir au direct