En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.01.2018 à 10 H 15 • Mis à jour le 02.01.2018 à 10 H 15
Par
Iran

Une centaine de manifestants arrêtés lundi à Téhéran

Une centaine de manifestants ont été arrêtés lundi par la police à Téhéran, au cinquième jour de la vague de contestation qui secoue la République islamique, a déclaré le gouverneur adjoint de la capitale iranienne, cité mardi par l’agence de presse Ilna.


« Deux cents personnes ont été arrêtées samedi, 150 personnes dimanche et une centaine lundi », a dit Ali Asghar Naserbakht.


Le mouvement de contestation social et politique, d’une ampleur inédite depuis la vague de manifestations contre la réélection de l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad en 2009, a fait descendre des milliers d’Iraniens dans les rues.


La situation dans la capitale est maîtrisée par les autorités, a assuré le gouverneur adjoint de la province de Téhéran, ajoutant que la police n’avait pas demandé l’aide des gardiens de la Révolution.


Plusieurs centaines d’autres personnes ont été arrêtées dans les villes de province depuis le début de la contestation.


Un responsable du pouvoir judiciaire cité par l’agence de presse Mehr a annoncé l’arrestation de plusieurs meneurs à Karaj, la quatrième ville du pays.


Des vidéos diffusées lundi sur les réseaux sociaux montrent un affrontement violent dans la ville de Qahderijan (centre) entre les forces de sécurité et des manifestants qui tentent d’envahir un poste de police, lequel est partiellement incendié.


Un policier a été abattu par un manifestant armé d’un fusil de chasse à Najafabad, dans le centre du pays, a annoncé lundi un porte-parole des forces de l’ordre.


Treize personnes ont été tuées dans le pays au cours de violences en marge des manifestations dans la nuit de dimanche à lundi.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct