En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
31.10.2018 à 11 H 41 • Mis à jour le 31.10.2018 à 11 H 43
Par
Famine

Yémen: le New York Times publie des photos d’enfants agonisant de faim

Le New York Times a choisi de publier des photos d’enfants mourant de faim au Yémen, victimes de la famine provoquée par la guerre qui, depuis 2015, oppose les rebelles houthistes soutenus par l’Iran à la coalition menée par l’Arabie saoudite

Amal Hussain, une petite fille de 7 ans squelettique au regard résigné, Wadah Askri Mesheel, un bébé de 11 mois qui mourra de faim quelques heures plus tard : parcourant les cliniques du nord-Yémen, deux journalistes du New York Times en ramènent des photos difficilement supportables d’enfants victimes de la famine provoquée par la guerre qui, depuis 2015, oppose les rebelles houthistes soutenus par l’Iran, à la coalition menée par l’Arabie saoudite.


Dans une tribune jointe à l’article, le quotidien américain justifie son choix de publier des photos d’enfants mourants : « La tragédie au Yémen n’est pas née d’un désastre naturel. C’est une crise causée par les responsables d’autres pays qui sont prêts à tolérer une souffrance extraordinaire de la population civile pour défendre leurs propres intérêts politiques. » Sous le leadership du prince Mohammed ben Salmane, outre des bombardements aériens, la coalition menée par l’Arabie saoudite et ses alliés du Yémen a imposé des mesures punitives économiques pour affaiblir les rebelles houthistes qui contrôlent le nord du pays. C’est une guerre économique qui se joue et elle affecte en premier lieu la population.


Le NYT veut profiter de l’écho donné à cette guerre par le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le 2 octobre, au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul (Turquie). « Nous sommes surpris que le cas de Khashoggi ait reçu autant d’attention alors que des millions d’enfants yéménites souffrent, dit Mekkia Mahdi, docteure dans une clinique du nord du pays. Et personne n’en a rien à faire. »

Revenir au direct