S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Grand angle
Enquêtes, reportages, récits et portfolios

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
#Al Hoceima
11.06.2017 à 19 H 33 • Mis à jour le 12.06.2017 à 20 H 14 • Temps de lecture : 6 minutes
Par et

Portfolio : le Hirak investit le cœur de Rabat

Fronde sociale Des manifestants ont envahi en masse dimanche le centre de Rabat en soutien à la contestation dans le nord du Maroc et pour exiger la « libération » des leaders récemment arrêtés de ce mouvement. Le cortège s'étendait sur près d'un kilomètre, sur l'avenue Mohammed V, principale artère de la capitale, jusqu'à la place Bab el-Had, à la lisière de la médina. Une source au ministère de l'Intérieur a fait état de 12 000 à 15 000 participants. Les observateurs indépendants ont avancé le chiffre de 50 000


De nos envoyés spéciaux à Rabat


C’est une marche dense, avec des mots d’ordre unifiés qui s’est emparée du centre-ville de la capitale ce dimanche 11 juin. La solidarité avec le Hirak rifain, la condamnation de l’approche sécuritaire et la libération des prisonniers étaient les principaux messages de cette marche. Cette manifestation certes diversifiée et populaire, confirme une nouvelle fois la force du mouvement islamiste Al Adl Wa Ihssane (Justice et bienfaisance), non autorisé mais toléré par les autorités.

Les forces de l'ordre mobilisées n'ont pas eu à intervenir lors de cette marche pacifique respectant ainsi le droit constitutionnel à manifester. LOUIS WITTER / LE DESK

Les islamistes étaient largement majoritaires dans le cortège - les hommes d'un côté, les femmes de l'autre -, qui est passé devant le Parlement protégé par un simple cordon de policiers. Les forces de l'ordre étaient très peu visibles, et la manifestation, débutée vers midi, s'est achevée plus de deux heures plus tard sans le moindre incident.

Des femmes du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihssane mobilisées pour l'occasion, mais séparées des hommes. LOUIS WITTER / LE DESK

Divergences sur le nombre participants

Comme à l’accoutumée dans ce genre d’exercice, le nombre de participants est un point de divergences entre les organisateurs et les forces de l’ordre. Certains ont avancé le chiffre de « 1 million de participants », à l’instar de Hassan Benajah, porte-parole d’Al Adl Wal Ihssane et membre du comité d’organisation. Plus raisonnable, un autre membre du comité préfère parler de « centaines de milliers ». Pour leur part, les autorités évoquent une estimation entre « 10 000 à 15 000 participants », selon une source officielle citée par Telquel.ma.

Au plus fort de la marche, une foule compacte de plusieurs milliers de personnes s'étalant sur deux kilomètres a occupé le centre de la capitale. LOUIS WITTER / LE DESK

Sur place et selon plusieurs estimations indépendantes, le chiffre de 50 000 participants paraît être plus conforme à la réalité. À titre d’illustration, à 13h20, la marche s’étendait de la gare de Rabat-Ville jusqu’aux abords du boulevard Hassan II, distant de plusieurs centaines de mètres. Cette foule compacte a exprimé son soutien et solidarité avec les revendications des habitants du Rif.

Des manifestants, toutes tendances confondues, le poing levé pour marquer leur solidarité avec les détenus du Hirak. LOUIS WITTER / LE DESK

Sur un air du 20 février

Un air des manifestations du Mouvement 20 février a soufflé sur les rues de Rabat. Les célèbres slogans de 2011 ont été entonnés une nouvelle fois par des citoyens venus dès 11h du matin dans le centre de la capitale.

L'étendard noir du Mouvement du 20-Février qui avait mené les grandes manifestations de 2011 est réapparu dans les artères de Rabat. LOUIS WITTER / LE DESK


« Vive le peuple », « Non à la corruption », « Non à l’absolutisme », « Liberté, dignité et justice sociale », « Libérez les prisonniers » sont parmi ceux scandés par les manifestants qui pour la plupart marchaient en rang, disciplinés et reprenant les mots d'ordre crachés dans les micros des sonos durant tout le temps qu’a duré la démonstration. Le soutien aux habitants du Rif a été le mot d’ordre. « Tous Al Hoceima » et « Tous Zafzafi » ont exprimé un fort élan de solidarité avec le mouvement.

Un homme drapé aux couleurs amazighes non loin du Parlement. LOUIS WITTER / LE DESK

De nombreux drapeaux berbères et quelques oriflammes marocains flottaient au vent. Beaucoup de marcheurs brandissaient à bout de bras le portrait de Nasser Zefzafi, leader emprisonné du Hirak, le mouvement de contestation populaire qui agite depuis sept mois la région du Rif.

Un militant arborant le drapeau berbère omniprésent lors de cette marche. LOUIS WITTER / LE DESK

Côté organisation, les militants de la gauche radicale et d’Al Adl Wa Ihssane ont constitué plusieurs comités pour veiller au bon déroulement de l’événement et éviter tout accrochage avec une dizaine de membres du groupuscule Chabab al-Malaki  (Jeunesse royaliste), venus eux aussi entonner en minorité quelques chants à la gloire du roi.

Sur l'esplanade de la gare de Rabat-ville, un homme brandit un écriteau pour dénoncer la politique de la matraque. LOUIS WITTER / LE DESK

Familles et politiques en rang séparés

Les familles des détenus du Hirak ont été accueillies à bras ouverts par les manifestants. Elles ont dirigé le cortège de départ. Plus loin derrière, les leaders politiques de la gauche radicale et d’Adl Wa Al Ihssane se tenaient à distance.  Pour tous cependant, il s'agissait d'une marche « nationale » de « solidarité » avec le Rif et « contre la hogra » (l'injustice).

Un jeune homme juché sur un véhicule équipé d'une sono harangue la foule, un micro à la main. LOUIS WITTER / LE DESK

Les dirigeants de la Voie démocratique (Brahma, Harrif, Amine), du Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (Boutouala) et d’Adl Wa Al Ihassane (Arsalane et Moutawakil) étaient présents en force. Les principaux dirigeants de ces formations d’opposition ont battu le pavé en rang serrés aux côtés des activistes et supporters du Hirak.

A l'écart de la foule, un badaud tente de capturer quelques images à l'aide de son smartphones du haut d'un mat. LOUIS WITTER / LE DESK

Pour sa part, la Fédération de gauche démocratique (FGD) s’est insurgée contre « le manque de coordination des organisateurs », le Parti socialiste unifiée (PSU) et le Congrès national Ittihadi (CNI) se sont d’ailleurs retirés d’une réunion préparatoire de la marche, tenue la veille. Malgré ces divergences, la FGD a été représentée par ses deux parlementaires Omar Balafrej et Mustapha Chenaoui.

Un organisateur de la marche donne des consignes pour que le cortège s'avance en ordre discipliné devant le Parlement devant le regard d'un jeune enfant. LOUIS WITTER / LE DESK

Un été chaud en perspective  ?

Au terme de la marche, les organisateurs ont annoncé le « succès de cette manifestation », tout en rappelant les exigences « de libération des prisonniers politiques et en priorité ceux du Hirak ». ils annoncent que « cette marche n’est le début d’un front pour la défense de la liberté, de la dignité et de la justice sociale ». Une manifestation qui renseigne sur la gronde qui perdure. Ce 11 juin 2017, l’indignation était forte au coeur de la capitale du royaume. Un prélude à un été chaud dans le Rif et au-delà ?


Retrouvez l'intégralité de notre LIVE : Rabat : La « Marche de la dignité » en solidarité avec le Hirak

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Réalisation :
Louis Witter Images
De longs formats Enquêtes, reportages, récits et portfolios