Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.08.2016 à 12 H 15 • Mis à jour le 05.08.2016 à 13 H 01
Par
Médias

Zamane fait l’impasse sur son numéro de juillet et avance de nouvelles explications

La couverture du numéro de juillet 2016 du magazine Zamane retiré des kiosques. Il annonçait en médaillon une interview de Chedliya Salah Rachid, présentée comme une cousine du roi Hassan II . DAVID RODRIGUES / LE DESK
Le numéro de juillet du mensuel d’histoire Zamane avait été retiré des kiosques quelques jours à peine après sa parution. Son directeur promettait une remise en kiosque sous trois jours pour corriger des « coquilles ». Finalement, il s’agissait bien d’une autocensure pour une interview qui a manifestement déplu en haut-lieu.

Le numéro de juillet du mensuel d’histoire Zamane, retiré de la vente quelques jours à peine après sa publication, n’a finalement pas retrouvé le chemin des kiosques. La cause de ce retrait, selon les sources du Desk, est liée à un dossier spécial sur la jeunesse de Hassan II, qui faisait notamment intervenir l’historien Maati Monjib ainsi qu’une interview d’une « cousine » de l’ancien monarque, Chedliya Salah Rachid. Le directeur de Zamane, Youssef Chmirou, avait reçu un coup de téléphone pour ramasser tous les exemplaires en circulation, selon nos sources.


Des « coquilles »…sur six pages

Ce dernier s’était alors offusqué sur le Huffpost Maroc des « non vérités  » du Desk. Il assurait que le retrait du numéro de juillet était simplement dû à des « coquilles » et que le numéro serait vite re-publié « avec les mêmes articles et les mêmes collaborateurs ». Une redistribution qui « pourrait prendre trois jours  », promettait-il à Telquel.


Sauf que cette édition de juillet n’est jamais réapparue. Dans son édito (intitulé « Amende honorable  ») du numéro d’août-septembre, sorti hier en kiosque, Youssef Chmirou avance une nouvelle explication sur « l’auto-ramassage  » du numéro précédent, sans préciser pourquoi il n’a finalement pas été redistribué.


Le directeur de Zamane confirme que le contenu du dossier sur la jeunesse de Hassan II a bien provoqué le retrait du numéro. « C’est précisément dans l’un de ces entretiens que nous avons été induits en erreur, sur le statut social et la validité des propos de notre interviewée, selon des sources on ne peut plus autorisées  ». Il s’agit donc bien de l’interview de Chedliya Salah Rachid, présentée par le magazine comme « la cousine de Hassan II  » et qui rappelait sur six pages ses rapports avec le futur roi Hassan II. Un crime de lèse-majesté venant d’une personne qui se dit descendante du sultan Moulay Ismaîl, mais qui n’aurait jamais fait partie du sérail ?