Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.10.2016 à 03 H 23 • Mis à jour le 24.10.2016 à 09 H 20
Par
Incursion armée

Le Polisario tente de fixer une présence militaire entre Guerguerat et Lagouira

Des éléments du Polisario lors d’une parade militaire dans les camps de Tindouf. Le mouvement séparatiste veut fixer sa présence dans la zone s’étendant de Guerguerat à Lagouira profitant du statu quo en cours autour du goudronnage de la piste séparant les postes-frontières marocain et mauritanien. AP
Fait sans précédent depuis la signature du cessez-le-feu avec le Maroc en 1991, des éléments armés du Polisario, disposant de moyens logistiques, ont mené une incursion jusqu’à la façade Atlantique s’étirant de la région de Guerguerat à la pointe de Lagouira

Selon plusieurs sites électroniques du Polisario, des éléments motorisés et armés, disposant de moyens logistiques de longue autonomie dans le désert auraient établi des patrouilles et des campements militaires le long de la langue de terre s’étirant de la région de Guerguerat, à l’extérieur du mur de défense des Forces armées royales (FAR), jusqu’à la pointe sud de Lagouira.


Une première depuis la signature du cessez-le-feu en 1991, immortalisée par quelques photos de soldats équipés de Kalachnikovs posant sur des rochers face à l’Atlantique.




Des soldats du Polisario posant sur les rochers face à l'Atlantique. Les images auraient été prises entre le 13 et le 22 octobre dans la région de Guerguerat. Elles ont été diffusées sur des sites proches du Polisario.


Les informations diffusées sur ce qui s’apparente à une tentative de fait accompli de la part du Polisario n’ont pas encore fait réagir les autorités marocaines. Selon la communication du Polisario, l’opération est destinée à « assurer la sécurité dans la bande séparant les positions des armées marocaine et mauritanienne dans la zone de Guerguerat ». La volonté affichée est d’assurer une présence quasi-permanente dans la zone et prendre le contrôle des casemates à l’abandon pour en faire des postes militaires durables.


Un cas de casus belli potentiel pour le Maroc s’il s’avère effectif. Nouakchott non plus n’a jamais toléré le Polisario dans cette zone, synonyme de risque d’embrasement, d’autant que son poumon économique, le port de Nouadhibou risquerait d’en être affecté. Les images de propagande auraient cependant, selon certaines sources, été prises lors d’une incursion furtive d’une brigade légère accompagnant une équipe de télévision dépêchée de Tindouf.


Vestiges de matériel militaire abandonné à Lagouira. Image prise en 2014. ANGUS MCKINNON / LE DESK


Un statu quo à Guerguerat qui perdure

Cette incursion intervient alors que la situation demeure tendue dans la région depuis l’arrivée dans la zone tampon le 28 août dernier des éléments armés du Polisario pour s’opposer à l’opération « d’assainissement » lancée deux semaines plus tôt sous la surveillance de la Gendarmerie royale.


La zone concernée par cette incursion s'étire du mur de défense marocain dans la région de Guerguerat à Lagouira située sur la pointe sud ouest de la péninsule, à quelques kilomètres à peine de Nouadhibou, la capitale économique de la Mauritanie, et de Cansado, cité dortoir des travailleurs de la société minière nationale, où se trouve également le port minéralier qui exporte le minerai de fer du pays. LE DESK


Lire aussi : La ville-fantôme de Lagouira, symbole d’un conflit qui s’éternise


Le Polisario s’interpose toujours aux travaux de goudronnage de la piste reliant les postes-frontières marocain et mauritanien. Aux dernières nouvelles, et alors que Rabat n’a pas communiqué sur le statu quo qui perdure, des éléments armés des deux camps se font toujours face à une centaine de mètres de distance sur le chantier de la route, situé au sein de la zone tampon où toute présence des FAR ou du Polisario est formellement proscrite par l’accord militaire n°1.


Le site Security Council Report (SCR) avait rapporté que le Polisario aurait également déployé des éléments armés dans d’autres parties de la zone tampon, près de Bir Lahlou et de Mijk.