Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.12.2016 à 17 H 10 • Mis à jour le 27.12.2016 à 02 H 08
Par
Escalade diplomatique

La Mauritanie menacerait d’autoriser une ambassade de la RASD à Nouakchott

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. SEYLLOU / AFP
Le rétropédalage de l'Istiqlal après la sortie hasardeuse de son SG Hamid Chabat n'a pas suffi à calmer l'ire des Mauritaniens. Le journal Al Akhbar cite les propos menaçants d'un diplomate

La sortie hasardeuse du secrétaire général de l’Istiqlal sur le statut de la Mauritanie continue de susciter la polémique malgré le rétropédalage de son parti, la Mauritanie s’engage dans une escalade verbale, alors que la diplomatie marocaine joue la tempérance en rassurant Nouakchott. En gage de sa détermination à plier l’affaire, le ministère des Affaires étrangères a vivement recadré et désavoué Hamid Chabat


Mais quelques heures auparavant, le voisin du sud avait fait savoir par la voie d’un diplomate qu’il envisagerait même « d’autoriser une ambassade de la République arabe sahraouie démocratique à Nouakchott si les médias et les politiques marocains continuent de nous provoquer notre pays », affirme le média mauritanien Al Akhbar qui cite ce responsable. « Le drapeau sahraoui pourrait bien flotter dans le ciel mauritanien », a indiqué la source qui s’est confiée à Al Akhbar.


Un autre incident a déplu à Nouakchott

« Sur le plan juridique, rien n’empêche la Mauritanie qui a reconnu la République arabe sahraouie démocratique de lui autoriser une ambassade à Nouakchott. Mais nous n’avions pas voulu heurter les sentiments des Marocains », affirme cette source dont l’identité n’a pas été révélée, mais dont les propos ont été largement relayés par la presse mauritanienne


Le diplomate cité par Al Akhbar cite un autre incident entre Rabat et Nouakchott : « le Maroc continue de provoquer la Mauritanie même sur le plan diplomatique. Quelques jours après le lancement d’un mandat d’arrêt contre Limam Chaavi (opposant mauritanien), ce dernier a été permis d’accéder au salon d’honneur de l’aéroport Mohammed-V pendant que s’y trouvait Hamadi Ould Hamadi, alors ministre mauritanien des Affaires étrangères ».


Le diplomate mauritanien estime que « la Mauritanie a trop enduré cette campagne de dénigrement orchestrée par les médias et des hommes politiques marocains », ajoute Al Akhbar.