Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
#UC
05.01.2017 à 20 H 10 • Mis à jour le 05.01.2017 à 20 H 10
Par
Gouvernement

L’UC de Mohamed Sajid refuse sa marginalisation

19.09.2016. Mohamed Sajid en conférence lors de la présentation du programme de l’UC. MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
L'Union constitutionnelle critique le choix de Benkirane de composer son futur gouvernement sur la base de la coalition sortante. Le parti de Sajid fait valoir son alliance avec le RNI

L’Union constitutionnelle (UC) estime que la formation du nouveau gouvernement sur la base de l’ancienne majorité est « une approche dénuée d’éléments de bon sens ».


« Toute approche de ce type, quels qu’en soient les causes et les raisonnements, est dénuée d’éléments de bon sens car elle fait fi de l’actualité partisane et de la dimension réelle des chiffres sur lesquels une telle approche est fondée », souligne l’UC dans un communiqué parvenu jeudi à la MAP, en réaction à la récente proposition prêtée au Chef du gouvernement désigné de former nouveau gouvernement à partir de la majorité sortante.


Une dissolution du lien RNI-UC

Cette approche « appelle de manière directe à la dissolution d’un lien entre deux partis politiques qui avaient décidé, avant le début du processus de consultations pour la formation du gouvernement, de se rapprocher et de former un même groupe à la Chambre des représentant », affirme l’UC, ajoutant que cette alliance stratégique « ne répond à aucune conjoncture particulière et ne découle pas de manœuvres politiciennes ».


Lire aussi : La nouvelle alliance RNI-UC va-t-elle chambouler les calculs de coalitions de gouvernement ?


Par ailleurs, précise la même source, le paysage politique a été informé de cette décision et toutes les parties en ont pris note « y compris le parti du Chef du gouvernement désigné ».

 

« Une telle approche porte atteinte à l’indépendance des deux partis en question dans la prise de leurs décisions en totale liberté et en adéquation avec leurs orientations et principes communs ainsi que leurs objectifs similaires », fait savoir le parti, rappelant que « l’alliance entre le Rassemblement national des indépendants (RNI) et l’UC est une alliance pour un destin politique commun ».


L’UC se dit étonné que « l’opération de formation du gouvernement puisse aller jusqu’à façonner la carte partisane ou intervenir dans la construction ou la dissolution d’alliances entre partis ».